(Tokyo) Les poloïstes canadiennes n’auront pas la tâche facile en quarts de finale du tournoi des Jeux olympiques. Elles y affronteront les Américaines, grandes favorites pour rafler un troisième titre olympique d’affilée.

Marc Delbès La Presse Canadienne

Pour ne rien arranger, les Canadiennes ont perdu leur dernier match de la phase préliminaire, dimanche, s’inclinant 16-12 contre les Pays-Bas. C’était leur troisième défaite en quatre matchs à Tokyo.

L’équipe a encore une fois montré des faiblesses en défensive, comme à son deuxième match contre l’Espagne.

« Nous n’étions pas synchronisées en défensive, ce qui a donné beaucoup d’espace aux Néerlandaises pour finir leur attaque. Seize buts contre, c’est beaucoup trop », a convenu l’entraîneur-chef David Paradelo.

PHOTO GONZALO FUENTES, REUTERS

L'entraîneur David Paradelo donne des instructions à ses joueuses pendant une pause.

« Pourtant pendant l’été, nous avons tenu les autres équipes à huit, 10 buts, un maximum de 12. Oui, c’est certain que ça fait mal », a-t-il ajouté.

Offensivement, les Canadiennes ont été très productives en première demie, mais c’est encore la deuxième qui a fait mal. Kyra Christmas a animé l’attaque avec quatre buts. Les Québécoises Joelle Bekhzi, Axelle Crevier et Élyse Lemay-Lavoie ont réussi chacune un but.

PHOTO MARK HUMPHREY, ASSOCIATED PRESS

Axelle Crevier

Paradelo reconnaît que le match contre les Américaines constitue un gros contrat. Au moins, il s’encourage à l’idée qu’elles ne sont plus invincibles. Elles ont subi leur première défaite (10-9) depuis belle lurette, mercredi, face à la Hongrie, une équipe que le Canada a vaincue à la Super finale disputée à Athènes, en Grèce, à la mi-mai.

« Nous savons que la possibilité est là. Mais il faut être sûr d’arriver dans une bonne journée », a poursuivi Paradelo, qui doit encore établir la stratégie en vue de ce match le plus important du tournoi pour les Canadiennes, à leur première présence aux JO depuis ceux d’Athènes en 2004

« Par contre, on les connaît bien. Nous savons qu’en contre-attaque, elles sont très menaçantes, leur qualité d’exécution est très bonne. Elles évoluent ensemble depuis très longtemps, c’est un groupe bien rodé. Il sera important de limiter leur exécution, surtout la contre-attaque, les limiter à de petites portions de terrain dans la piscine. »

Le match Canada–États-Unis sera le premier des quarts de finale, mardi, à 14 h (1 h du matin à Montréal).