(Tokyo) Pour les deuxièmes Jeux olympiques de suite, une bonne première semaine place le Canada en position pour battre sa meilleure récolte de médailles pour des Jeux sans boycottage.

Gregory Strong La Presse Canadienne

Et comme il y a cinq ans à Rio, ce sont les Canadiennes qui mènent la charge.

L’équipe de natation a de nouveau donné le ton et le Canada avait récolté 12 médailles avant le début des compétitions de dimanche à Tokyo. Chacune des trois médailles d’or, quatre d’argent et cinq de bronze ont été gagnées par des femmes.

PHOTO PETR DAVID JOSEK, ASSOCIATED PRESS

Maggie Mac Neil a décroché la première médaille d'or canadienne à la piscine au 100 m papillon.

La meilleure récolte canadienne est de 22 médailles en 1996 à Atlanta et 2016 à Rio.

« Nous amassons les médailles à bon rythme, a dit Marnie McBean, chef de mission du Canada à Tokyo. La porte n’est pas barrée pour des médailles. Je crois que c’est ce que l’équipe canadienne réalise.

« Je perçois beaucoup de joie et de concentration. »

En 2016, le Canada avait récolté 11 médailles lors des huit jours suivant la cérémonie d’ouverture. Les Canadiennes avaient remporté 16 des 22 médailles canadiennes cette année-là.

Kylie Masse a gagné l’argent samedi au 200 mètres dos, montant sur le podium pour une deuxième fois à Tokyo et remportant la cinquième médaille du Canada en natation. Ce sont les deuxièmes Jeux consécutifs où les femmes remportent les 12 premières médailles canadiennes.

« Je trouve ça inspirant d’être entourée d’autant d’athlètes dédiées et qui ont du succès, a dit Masse. C’est spécial de voir toutes ces femmes briller. J’espère que ça inspirera une nouvelle génération, pas juste en natation, mais dans toutes les sphères de la vie.

Vous pouvez accomplir vos rêves si vous travaillez fort, que vous ne tentez pas de sauter d’étapes et que vous vous amusez.

Kylie Masse

McBean a affirmé que le Canada était une nation qui « prenait l’inclusion à cœur ».

« Ce n’est pas seulement un mot ou un point dans une liste sur une page, a-t-elle dit. Notre système sportif appuie les femmes et nous encourageons la compétition entre femmes. »

Masse a aussi gagné l’argent au 100 m dos plus tôt lors des Jeux. Parmi les autres médaillés en natation, notons Maggie Mac Neil (100 m papillon, or), l’équipe au 4 x 100 m style libre (argent) et Penny Oleksiak (200 m style libre, bronze).

Il y a aussi eu quelques performances crève-cœur.

Oleksiak a terminé au quatrième rang au 100 m style libre, Summer McIntosh l’a imitée au 400 m style libre. Deux équipes de relais ont également pris le quatrième rang. Le Canada est aussi passé tout près de médailles en aviron, en plongeon synchro, à la trampoline et en haltérophilie.

En plus de Mac Neil, l’haltérophile Maude Charron et le huit de pointe avec barreur féminin du Canada, en aviron, sont montés sur la première marche du podium.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

La médaillée d’or des Jeux olympiques de Tokyo en haltérophilie, Maude Charron

« Je suis estomaquée par le niveau de performance du Canada », a dit McBean, triple championne olympique en aviron.

Le record du Canada lors de Jeux d’été est de 44 médailles lors des Jeux de Los Angeles en 1984. Ces Jeux avaient toutefois été boycottés par l’Union soviétique, la République démocratique allemande et d’autres pays.

Le Canada compte sur 226 femmes et 145 hommes aux Jeux de Tokyo. Plusieurs représentent de bons espoirs de médaille lors de la deuxième semaine des Jeux.

Andre De Grasse et Damian Warner seront à surveiller en athlétisme. Erica Wiebe a également des chances de médaille en lutte et l’équipe canadienne de soccer féminin a son billet pour les demi-finales. Des médailles seront notamment remises en canoë-kayak, au basketball, en boxe, en escalade et en cyclisme sur piste lors de la deuxième semaine des Jeux de Tokyo.

« Nous avons une équipe prête à briller parce que nous croyons au système de développement sportif canadien, a dit McBean. Les athlètes arrivent ici et sont fiers de leur préparation. »

Les compétitions prendront fin le 8 août.