(Tokyo) La commande était lourde pour Tammara Thibeault. La boxeuse de 24 ans est passée bien près, mais elle a finalement dû s’avouer vaincue devant l’expérience de la Néerlandaise Nouchka Fontijn sur le ring du Kokugikan Arena, samedi.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

En quarts de finale des 75 kg, Fontijn, vice-championne olympique à Rio de Janeiro et trois fois médaillée d’argent des Championnats du monde, a mis fin au rêve olympique de la Québécoise par décision unanime au terme d’un combat serré.

Fontijn est venue de l’arrière après que Thibeault eut remporté le premier round pour obtenir quatre pointages de 29-28 et un de 30-27.

« Mon adversaire est une personne qui a beaucoup d’expérience, ça fait longtemps qu’elle se bat à ce niveau, a dit Thibeault de la Néerlandaise qui a maintenant une fiche de 116-20 sur la scène internationale. C’est son expérience qui a pris le dessus [samedi]. »

Thibeault, médaillée d’argent aux derniers Jeux panaméricains et de bronze aux Mondiaux 2019 et aux Jeux du Commonwealth 2018, a bien amorcé le combat. Agressive, elle a lancé plusieurs attaques qui ont touché la cible et tenu son adversaire à distance, le plan de match établi pour affronter la Néerlandaise de 33 ans.

« Le plan c’était de boxer à distance et de la forcer à venir [vers moi], a expliqué Thibeault. C’est ce que j’ai fait dans le premier round, mais je n’ai pas été capable de tenir jusqu’à la fin. »

Fontijn a commencé à renverser la vapeur dès le round suivant. Elle a réussi à percer le jab de Thibeault et à s’approcher davantage de son adversaire, marquant de gros points avec des attaques précises.

PHOTO THEMBA HADEBE, ASSOCIATED PRESS

Nouchka Fontijn assène une gauche à Tammara Thibeault.

Tout s’est donc joué au troisième round. Thibeault s’est lancée à l’attaque au son de la cloche, plaçant plusieurs bons coups presque sans réplique de la part de la Néerlandaise. Mais la Canadienne n’a pas été capable de maintenir la cadence. Fontijn a peu à peu pris le dessus et a réussi à placer les meilleurs coups.

« J’avais moins de distance aux deuxième et troisième rounds, a analysé Thibeault, la joue droite tuméfiée. Il me manquait aussi de volume de coups. »

« C’était un combat super serré, la décision pouvait aller d’un bord ou de l’autre, a pour sa part indiqué son entraîneur, Daniel Trépanier. On savait qu’on avait le premier round et que Fontijn avait le deuxième. Le troisième, c’est là que ça s’est joué. On pensait que Tammara avait quand même des chances d’aller le chercher avec la performance qu’elle a donnée au dernier round.

« On s’attendait à ce que Fontijn finisse en force, a-t-il ajouté. Elle a fait la même chose dans son premier combat [face à la Polonaise Elzbieta Wocjik] : elle avait perdu le premier round avant de venir de l’arrière pour l’emporter. Nous étions convaincus d’avoir les armes pour aller chercher cette victoire. »

« J’ai tous les outils pour me rendre jusqu’au bout, a ajouté Thibeault. Aujourd’hui, ça n’a juste pas été ma journée. […] Je pensais vraiment être capable de la battre. Je ne suis pas arrivée ici pour faire acte de présence. J’étais ici pour gagner. »

Fontijn croisera maintenant le chemin de la no 1 mondiale et favorite des poids moyens à Tokyo, la Britannique Lauren Price, en demi-finales.

Fin amère

Pour Thibeault, qui n’a jamais caché ses ambitions de monter sur le podium à Tokyo, il s’agit d’une fin de tournoi qui laisse un goût amer, au point où elle n’a pas voulu se prononcer sur la suite de sa carrière amateur. Pourtant, il y a quelques semaines à peine, elle affirmait que si elle ne remportait pas l’or à Tokyo, elle continuerait tant que cet objectif ne serait pas atteint.

« Pour l’instant, je vais prendre une pause, a-t-elle nuancé samedi. Ça fait cinq ans qu’on est dans ce cycle olympique et ce n’est pas la fin que je voulais. Il n’y a rien que je puisse changer maintenant. »

Elle a toutefois assuré qu’elle serait des prochains Mondiaux. Prévus pour Kielce, en Pologne cette année, leur date reste à être confirmée.

« Je ne sais pas quand les Mondiaux auront lieu, mais j’y serai présente », a conclu celle qui a maintenant un dossier de 26-12.

Thibeault était la dernière des cinq Canadiens en lice à la boxe. Caroline Veyre, chez les 57 kg, et elle ont obtenu les meilleurs résultats des JO avec des cinquièmes places. Myriam da Silva (69 kg), Mandy Bujold (51 kg) et Wyatt Sanford (69 kg) se sont tous inclinés à leur premier combat.