(Tokyo) Le Canada savait qu’il n’avait plus de marge de manœuvre dans le tournoi de volleyball des Jeux olympiques de Tokyo. Il avait besoin d’une victoire en trois manches face au Venezuela pour demeurer dans la course aux quarts de finale. Il n’a pas raté sa mission, vendredi, à l’Ariake Arena.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

La formation de Glenn Hoag a triomphé du Venezuela 3-0 grâce à des manches de 25-13, 25-22 et 25-12, récoltant ce faisant trois importants points de classement.

« Ça a été bon, même si les gars étaient un petit peu anxieux, sachant qu’ils devaient absolument gagner 3-0. Tu veux souvent en faire un petit peu plus dans ce temps-là. On l’a vu dans le deuxième set : on a raté beaucoup de services. Dans l’ensemble, les gars jouent un niveau de volleyball qui apporte beaucoup de satisfaction. Même contre l’Italie et le Japon, je n’ai jamais vu l’équipe canadienne jouer à ce niveau. Il faut continuer. »

« Après les deux premiers matchs (des défaites contre l’Italie et le Japon), nous savions que nous avions le dos au mur, a noté Stephen Maar, auteur de 15 points contre le Venezuela. Tout le monde voulait offrir sa meilleure performance contre l’Iran (jeudi). Aujourd’hui, nous avons été en mesure de prendre le contrôle de ce match. Ça nous donne l’opportunité d’aborder le duel contre la Pologne en ayant toujours espoir de nous qualifier. Nous nous sommes placés en bonne position. Nous avions besoin de cette victoire et l’avons obtenue. »

Cette victoire permet au Canada de se retrouver momentanément à sept points, à égalité avec la Pologne, devant le Japon (6), l’Iran (5) et l’Italie (5). Le Venezuela ferme la marche dans le groupe A avec quatre défaites en autant de sorties.

La Pologne affrontera le Japon en après-midi, tandis que l’Iran et l’Italie croiseront le fer en soirée. Les équipes reçoivent un point supplémentaire pour une défaite en cinq manches.

Son duel de dimanche, contre la Pologne, aura donc une grande importance.

« Il faut avoir un gros match contre la Pologne, a noté Nicholas Hoag, qui a inscrit 16 points dans le gain contre le Venezuela. Je pense que les gars ont tous calculé ce dont nous avions besoin, c’est normal. On doit se concentrer sur la Pologne : les autres matchs sont hors de notre contrôle.

« C’est certain que d’avoir gagné 3-0, ça va nous donner plus de temps de repos. Nous aurons les jambes plus fraîches pour la Pologne. »

En raison des points à l’enjeu, divers scénarios sont possibles pour atteindre les quarts, mais Glenn Hoag préférerait que son club ne se complique pas la vie.

« Je préfère ne pas faire de calcul et passer directement en gagnant, a-t-il dit. La Pologne a un gros club, elle devrait normalement se retrouver sur le podium. On a joué un bon match contre elle en Volleyball Nation League, on a fait un 3-1 serré : on est capables d’aller les battre. »

Face au Venezuela, le Canada a profité du jeu inspiré de Maar au premier set. En remplacement du capitaine John Perrin, Maar a inscrit huit de ses 15 points dans cette manche, dont trois sur des blocs.

Le Venezuela a montré les dents à la manche suivante, mais n’a jamais été en mesure de se tailler une avance de plus de deux points. Le Canada a réussi à créer l’égalité 21-21 avant d’inscrire trois points consécutifs, dont celui lui donnant les devants pour de bon sur un gros bloc de Nicholas Hoag.

« On a commis trop d’erreurs au service dans cette manche, a noté l’entraîneur Hoag. C’est une équipe que tu dois gérer, on l’a moins bien fait dans cette manche. »

Cette fin de manche a semblé épuiser le Venezuela, qui n’a fait qu’acte de présence au troisième set. Maar a mis un point d’exclamation sur son match avec un service gagnant.