(Tokyo) Cora Campbell n’est peut-être pas dans la piscine avec les membres de l’équipe canadienne de water-polo féminin aux Jeux olympiques de Tokyo. Mais elle n’en joue pas moins un rôle de premier plan comme entraîneuse adjointe.

Marc Delbès La Presse Canadienne

Les joueuses, des plus jeunes aux vétéranes, ne tarissent par d’éloges à son endroit. Même l’entraîneur-chef David Paradelo estime que c’est un atout majeur pour l’équipe de l’avoir à ses côtés.

La Montréalaise Axelle Crevier est bien placée pour apprécier la présence de Campbell. Elle la connaît depuis sa tendre jeunesse puisque sa mère, Marie-Claude Deslières, a été sa coéquipière aux débuts des années 2000.

« Elle est un élément clé de notre équipe, a estimé Crevier à l’issue d’une victoire à sens unique de 21-1 du Canada aux dépens de l’Afrique du Sud, mercredi, au Centre de water-polo de Tatsumi.

« C’est vraiment bien d’avoir une femme comme coach. Je pense qu’elle peut connecter avec les filles à des niveaux que d’autres ne pouvaient pas avant. Elle est un modèle en tant que joueuse, en tant que coach et en tant que personne. C’est quelqu’un qui a beaucoup de leadership. »

Campbell est la seule dans l’entourage de l’équipe, à l’exception d’une massothérapeute, à avoir l’expérience des Olympiques. Elle a participé aux Jeux de Sydney en 2000 et ceux d’Athènes en 2004. Elle a pris sa retraite en 2005 après la conquête de la médaille de bronze aux Mondiaux aquatiques de Montréal.

Confiance et progression

Si le match contre l’Afrique du Sud s’est révélé une formalité, il a au moins eu le mérite de permettre à l’équipe de gagner en confiance et de poursuivre sa progression, aux dires de Paradelo.

« C’est principalement un match qui nous a permis de pratiquer notre système et de corriger les erreurs que nous avons fait dans le passé avant notre gros match contre les Pays-Bas », a dit Crevier, en faisant allusion au rendez-vous de dimanche.

Gurpreet Sohi a dirigé l’attaque des Canadiennes avec quatre buts sur six tirs contre les Sud-Africaines, qui ont peu d’expérience de la compétition à ce niveau. Dans ce festival offensif, toutes les filles envoyées dans la piscine ont marqué au moins un but.

Après avoir perdu ses deux premiers matchs de la ronde préliminaire dans le groupe A – contre l’Australie et l’Espagne – le Canada tentera maintenant de monter en puissance contre les Néerlandaises, question de bien se positionner en vue des quarts de finale.