(Sao Paulo) Pas besoin de baguette magique : avec son skateboard et son sourire radieux, Rayssa Leal, surnommée « la petite fée », a conquis le Brésil en devenant la plus jeune médaillée olympique de l’histoire du pays, à seulement 13 ans, décrochant l’argent lundi aux Jeux de Tokyo.

Agence France-Presse

Les réseaux sociaux n’en ont que pour elle : un des mots-clés les plus populaires sur Twitter est #Euacreditoemfadas (je crois aux fées), repris notamment par des célébrités et des personnalités politiques de tous bords.

Il était près de 2 heures du matin au Brésil quand elle est montée sur le podium après l’épreuve de street – remportée par une autre adolescente de 13 ans, la Japonaise Momiji Nishiya – mais tout le pays a vibré à l’unisson.

« J’ai encore du mal à y croire, mais j’ai l’impression que c’était un exploit historique. Je sais que beaucoup de gens se sont entraînés des années pour être ici, et c’est très gratifiant de ramener une médaille au Brésil », a-t-elle déclaré au micro de TV Globo.

Au-delà de ses figures impressionnantes, c’est son attitude qui a mis tout un pays sous le charme, avec des petits pas de danse entre les tours de piste et une accolade touchante avec la Philippine Margielyn Arda Didal, diminuée lors de la finale à cause d’une blessure.

Née dans le Maranhao, État pauvre du nord-est brésilien, Rayssa Leal a été surnommée « fadinha » (petite fée) dès l’age de sept ans, grâce à une vidéo où on la voit réaliser un « heelflip », une des figures les plus difficiles du skateboard, déguisée en fée bleue.

Cette vidéo est devenue virale dans le monde entier après avoir été partagée par Tony Hawk, légende vivante du skateboard, qui l’a rencontrée à l’entraînement à Tokyo.

Sa médaille d’argent et son charisme ont éclipsé les résultats décevants des autres Brésiliennes dans cette épreuve du street féminin, avec les éliminations précoces de deux autres prétendantes au podium, Pamela Rosa et Leticia Bufoni.

Sur Twitter, l’exploit de l’adolescente a été salué aussi bien par l’Institut Lula, de l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, que par le député Eduardo Bolsonaro, un des fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

« Bravo à notre petite géante pour cette grande performance et pour être un si bel exemple pour les jeunes », a écrit pour sa part sur Instagram le footballeur Dani Alves, qui participe à ses premiers JO avec la Seleçao, à 38 ans.

L’ancien latéral du FC Barcelone et du Paris SG a également lancé un appel aux autorités de son pays pour « investir plus dans le sport et les sportifs ».