(Tokyo) Pour la première fois depuis 1992, ce n’est pas un Américain qui est reparti d’une course en dos masculin avec une médaille d’or autour du cou.

Associated Press

Mardi à Tokyo, ce sont les athlètes du Comité olympique russe (ROC) Evgeny Rylov et Kliment Kolesnikov qui se sont emparés des deux premières places au 100 mètres dos masculin. Rylov a décroché l’or en 51,98 secondes, tandis que Kolesnikov a gagné l’argent en 52,00.

Le champion olympique en titre, l’Américain Ryan Murphy, a obtenu le bronze avec un chrono de 52,19.

Il s’agissait d’une première défaite américaine en dos masculin depuis les Jeux de Barcelone. Ils avaient remporté 12 médailles d’or consécutives, réparties sur six Jeux olympiques, à cette épreuve. Murphy avait notamment triomphé sur les deux distances – 100 mètres et 200 mètres – à Rio en 2016.

Les États-Unis ont tout de même eu un moment de réjouissance mardi en natation, quand la nageuse de 17 ans Lydia Jacoby a gagné l’or au 100 mètres brasse féminin.

PHOTO ODD ANDERSEN, AFP

Lydia Jacoby

Jacoby est la première nageuse née en Alaska à représenter les États-Unis aux Jeux olympiques.

Tatjana Schoenmaker, de l’Afrique du Sud, et Lilly King, aussi des États-Unis, ont complété le podium.

L’Australie et la Grande-Bretagne ont aussi connu une bonne journée à la piscine, mardi.

La détentrice du record du monde au 100 mètres dos, l’Australienne Kaylee McKeown, a devancé la Canadienne Kylie Masse pour remporter l’or en 57,72 – un record olympique.

Avant les Jeux de Tokyo, l’Australie n’avait pas remporté de médaille lors d’une épreuve individuelle de natation féminine depuis 2008. Le pays en a déjà deux à Tokyo, après celles de McKeown et d’Ariarne Titmus au 400 mètres style libre, lundi.

La Grande-Bretagne a réussi un doublé lors de la course de 200 mètres style libre masculin. Tom Dean a décroché l’or, tandis que son coéquipier Duncan Scott a raflé l’argent. Le Brésilien Fernando Scheffer a terminé troisième.