Ecaterina Guica (52 kg) a perdu son combat en seizième de finale sur le mythique tatami du Nippon Budokan face à la Belge Charline Van Snick. Cette dernière a marqué une première fois grâce à un wazi-ari avant de mettre fin à l’affrontement par Ippon avec un peu plus d’une minute à faire.

Sportcom

« Le combat ne s’est pas très bien passé. J’aurais voulu faire mieux et éviter de me faire prendre au sol. C’est quand même décevant, mais je voulais approcher le combat de la meilleure manière possible », a déclaré Guica, déçue de la tournure des évènements.

Van Snick, médaillée d’argent aux Jeux olympiques de Londres, a affirmé à son entraîneur qu’elle était complètement vidée après son combat face à Guica. La Québécoise a d’ailleurs ressenti cette fatigue chez son adversaire au cours de l’affrontement, mais n’a pas réussi à en profiter.

Je me sentais bien, mais je voyais qu’elle perdait de l’énergie. C’est décevant parce que physiquement, j’étais plus en forme qu’elle après l’affrontement. Je savais que c’était un gros combat mais je croyais vraiment en mes chances.

Ecaterina Guica

La judoka de La Prairie a été opérée à une main après une blessure subie en mars. Elle a toutefois réussi à récupérer à temps pour les Championnats mondiaux de juin et pour le tournoi olympique.

Guica participait à ses deuxièmes Jeux olympiques, elle qui avait terminé neuvième à Rio en 2016. L’athlète de 27 ans a évidemment remarqué de nombreuses différences entre ses deux expériences olympiques.

« On a principalement fait des entraînements à la maison en préparation pour Tokyo. J’ai quand même eu la chance de travailler sur mes lacunes. Il y avait tout de même une bonne ambiance sur place, ça fait du bien d’entendre des encouragements pendant les combats. »

Lundi, Jessica Klimkait (57 kg) et Arthur Margelidon (73 kg) seront tous les deux en actions. La championne mondiale en titre possède un laissez-passer qui l’amène directement en huitième de finale. Quant à Margelidon, il sera opposé au Saoudien Sulaiman Hamad en seizième de finale.