(Tokyo) Ce ne sera pas facile, mais le Canada aura l’occasion de mettre la main sur plusieurs médailles au tournoi olympique de judo, estime Nicolas Gill.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

« Sur nos six athlètes, cinq sont dans le top 10 mondial et quatre sont des têtes de série dans leur division », a indiqué le directeur de la haute performance à Judo Canada et unique double médaillé olympique du pays dans cette discipline.

PHOTO F.S. GRANT, COC VIA ARCHIVES PC

Nicolas Gill a remporté une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Barcelone, en 1992.

« Quand tu regardes les tableaux du point de vue de nos adversaires, je peux dire sans l’ombre d’un doute qu’il y a personne qui est content de commencer son tournoi face à l’un de nos judokas. »

À quelque 24 heures des premiers combats sur les tatamis du Nippon Budokan, Gill a bien voulu analyser en rafale le tableau de chacun.

Ecatarina Guica, 52 kg, dimanche 25 juillet

La favorite : « La Japonaise Uta Abe, répond sans hésiter Gill, médaillé de bronze à Barcelone (1992) et d’argent à Sydney (2000). Je ne sais plus c’est quand la dernière fois qu’elle a perdu un combat. Ça fait plusieurs années. Elle serait son rendez-vous de demi-finales. »

Son tableau : « Difficile. Pour se rendre en demi-finales, elle a besoin de trois grosses victoires face à la Belge (Charline Van Snick, médaillée des Jeux de Londres), et possiblement l’Israélienne (Gili Cohen) et l’Italienne (Odette Giuffrida). Ce sont trois filles qui naviguent dans le top 10 mondial depuis des années. »

Jessica Klimkait, 57 kg, lundi 26 juillet

La favorite : Klimkait est championne du monde en titre et première au classement mondial. Elle bénéficiera d’un laissez-passer au premier tour. « C’est la première fois qu’un athlète du Canada est favori au judo aux Jeux olympiques », note fièrement Gill.

PHOTO ATTILA KISBENEDEK, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Jessica Klimkait

Son tableau : « Tout est en place pour qu’elle se rende loin dans le tournoi. Dans sa portion de tableau, elle a la Bulgare Ivelina Ilieva, la Hongroise Hedvig Karakas et la Portugaise Telma Monteiro, trois vétéranes de 30 ans et plus. Karakas et Monteiro sont d’ex-médaillées des Mondiaux, la Bulgare a déjà fait une cinquième place. Elles seront prêtes pour elle. À Jessica de nous montrer ce qu’elle a fait au cours des trois dernières années et ça devrait être jouable. »

Arthur Margelidon, 73 kg, lundi 26 juillet

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Arthur Margelidon

Le favori : « Assurément le Japonais Shohei Ono, même s’il est actuellement 13e au monde, note Gill. C’est l’une des rares catégories où le favori mathématique, l’Azéri Rustam Ojurov, ne l’est pas dans les faits. Ono a fait très peu de tournois dernièrement. Les deux pourraient se retrouver en quarts, dans la portion opposée à celle d’Arthur. »

Son tableau : « C’est lui qui a l’entrée en matière la plus simple en affrontant le Saoudien Sulaiman Hamad (68e au monde), mais ça ne veut pas dire pour autant que son tableau est simple. De tous les Canadiens, c’est assurément lui qui a le premier tour le plus facile. Mais nous sommes aux Jeux olympiques : il y a énormément de sélections qui se sont faites avant qu’on arrive ici. »

Catherine Beauchemin-Pinard, 63 kg, mardi 27 juillet

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Catherine Beauchemin-Pinard

La favorite : « La quintuple championne du monde, la Française Clarisse Agbegnenou, est clairement la favorite, a dit Gill de celle qui a aussi remporté la médaille d’argent à Rio de Janeiro, en 2016. La Japonaise Miko Tashiro ne sera pas évidente à battre, mais c’est beaucoup plus loin dans le tirage. »

Son tableau : « Ouvert. Il y a beaucoup de filles similaires à elle. Catherine est septième au monde et elle a cinq filles classées nos 8 à 20 dans sa portion de tableau. Les différences de points au classement sont infimes. Je dirais que les trois premières au monde (Agbegnenou, la Slovène Tina Trstenjak et Tashiro) sont largement favorites pour une médaille. Pour l’autre médaille disponible [on remet deux médailles de bronze au judo, NDLR), il y a une dizaine de filles qui peuvent y prétendre de façon légitime. »

Antoine Valois-Fortier, 81 kg, mardi 27 juillet

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Antoine Valois-Fortier

Le favori : Le Belge Mattias Casse, champion du monde en titre et premier au classement mondial. « Il est dans le même quart qu’Antoine. Il a participé aux finales des deux derniers Mondiaux. Disons qu’il est sur une bonne lancée. »

Son tableau : « Il entrera rapidement dans le vif du sujet. Il n’aura pas de combat “ facile ” pour se mettre dans le coup. Le Grec Alexios Ntanatsidis, son premier combat, est un adversaire coriace, qui l’a battu à leur seul affrontement. Ses combats suivants s’annoncent tous difficiles. Mais il a l’expérience dans ce genre de parcours dans un évènement comme ça. Je lui ai dit à la blague que c’est son meilleur tirage en trois JO, après avoir affronté le champion olympique en titre à Londres et le champion du monde à Rio de Janeiro à ses premiers combats. Mais ça n’en fait pas un tableau facile pour autant. »

Shady El-Nahas, 100 kg, jeudi 29 juillet

Le favori : « Sur papier, c’est le Géorgien Varlam Liparteliani. Mais dans cette division, je parlerais davantage de tête de série no 1 que de favori. »

Son tableau : « Il a du travail devant lui, a dit Gill au sujet de la huitième tête de série. Remarenco [Ivan, des Émirats arabes unis], a bien gagné une médaille aux Mondiaux, mais c’était au siècle dernier ! Le classement de Shady est bien meilleur et ses dernières performances font en sorte que c’est un adversaire dont il devrait se défaire. Par la suite, il devrait affronter l’Azéri Zelim Kotsoiev, un judoka qui lui ressemble beaucoup. Les deux étaient d’ailleurs dans la course pour la dernière tête de série. C’est drôle qu’ils se retrouvent comme ça dans la même portion de tableau. »