Au sein d’une équipe américaine de basketball remplie de joueurs vedettes, personne n’avait marqué plus de points cette saison dans la NBA que Bradley Beal. Mais la COVID-19 vient de gâcher son rêve olympique.

Brian Mahoney Associated Press

Mais alors qu’il est au sommet de sa forme, le garde des Wizards n’aura pas la chance de faire la démonstration de son talent sur la scène internationale aux Jeux olympiques de Tokyo.

Le nom de Beal a été inscrit, jeudi, sur la liste du protocole de santé et sécurité de l’équipe américaine de basketball. Un remplaçant sera annoncé plus tard pour prendre sa place au sein de la formation.

« Je suis dévasté pour lui, a commenté l’entraîneur-chef Gregg Popovich. Nous le sommes tous. »

En plus de Beal, le nom de l’ailier Jerami Grant a aussi été ajouté sur la liste par mesure de précaution. Selon Popovich, Grant ne devrait pas avoir à quitter l’équipe.

Quelques heures après l’annonce de ces deux cas, on a annoncé l’annulation du match préparatoire prévu vendredi entre les États-Unis et l’Australie à Las Vegas. Une décision prise « par abondance de précautions ». L’affrontement entre les équipes féminines des deux pays aura lieu comme prévu.

Il n’a pas été possible de confirmer si Beal a été adéquatement vacciné. Il faisait partie de la formation de départ des trois matchs préparatoires de l’équipe américaine à Las Vegas. Il a maintenu une moyenne de 10,3 points.

Le garde des Wizards a terminé au deuxième rang pour la moyenne de points par partie cette saison dans la NBA avec 31,3 points. Seul Steph Curry a fait mieux, mais le franc-tireur a choisi de faire l’impasse sur les Jeux olympiques.

Bam Adebayo a pris des nouvelles de Beal qui lui aurait assuré ne pas ressentir de symptômes liés à la COVID-19. Malgré tout, la nouvelle a ébranlé les joueurs qui ont été très prudents et ont respecté scrupuleusement le protocole dans l’espoir d’éviter toute infection.

« Je me souviens quand je l’ai eue, c’est une de ces choses que je ne souhaiterais à personne », a commenté Adebayo qui dit avoir eu de mauvais flashbacks de sa propre expérience avec la COVID-19.

Beal devait jouer avec l’équipe américaine à la Coupe du monde, en Chine, il y a deux ans, mais avait dû se retirer tout juste avant le camp de préparation pour des raisons familiales.

Il avait enfin l’occasion d’enfiler le maillot des États-Unis au niveau senior et semblait prêt à relever le défi.

« Pas de doute, c’est une énorme perte, a décrit l’entraîneur Popovich. Il jouait très bien, comprenait tout et s’intégrait bien au groupe. Il n’y a pas de prochain Bradley Beal. »

Les États-Unis jouaient déjà sans quelques éléments importants de leur formation en matchs préparatoires puisque Khris Middleton et Jrue Holiday des Bucks de Milwaukee ainsi que Devin Booker des Suns de Phoenix sont toujours en action en finale de la NBA.

Les responsables de l’équipe sont à la recherche d’un joueur en bonne forme malgré le fait que la saison de la NBA a pris fin en mai. Le remplaçant de Beal risque bien de ne pas être un marqueur aussi prolifique, il pourrait plutôt s’agir d’un joueur d’utilité pouvant compléter le groupe de joueurs en place.

Il reste encore deux parties préparatoires à disputer à Las Vegas avant le départ de l’équipe pour Tokyo. Le premier match officiel des États-Unis dans le tournoi olympique est prévu le 25 juillet contre la France.