(Tokyo) La bonne nouvelle pour les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo, c’est que le Japon a pu présenter dimanche une épreuve-test de gymnastique à laquelle ont participé 22 athlètes en provenance de la Chine, de la Russie et des États-Unis, devant une foule de quelques milliers de spectateurs.

Stephen Wade
Associated Press

Huit gymnastes japonais ont aussi participé à l’évènement.

Avant d’y participer, les athlètes étrangers ont dû se soumettre à une quarantaine obligatoire de 14 jours à domicile, avant d’être confinés dans leur chambre d’hôtel de Tokyo. Ils ont également été soumis à des tests de dépistage quotidiens de la COVID-19 au Japon.

Cette épreuve est la plus récente – un stade de baseball japonais a également été rempli à pleine capacité la semaine dernière – tentative des organisateurs pour démontrer que les Jeux olympiques de Tokyo pourront avoir lieu dans moins de neuf mois.

Les organisateurs seront toutefois confrontés à des défis plus corsés aux JO.

Tokyo 2021 accueillera environ 11 000 athlètes provenant de 206 pays et territoires différents, qui ont tous été balayés par la COVID-19. Ajoutez à cela 4400 athlètes paralympiques, et plusieurs milliers d’arbitres, de juges, de dignitaires, de journalistes et de commanditaires qui devront se rendre au Japon.

Est-ce que des milliers de spectateurs étrangers pourront accéder aux installations olympiques, ou est-ce qu’elles seront uniquement accessibles aux spectateurs japonais ?

Les organisateurs des JO et le Comité international olympique ont offert très peu de détails sur cet enjeu, et des plans concrets ne sont pas attendus avant le début de l’an prochain – lorsqu’un vaccin et des tests de dépistage rapides deviendront disponibles.

Kohei Uchimura, un gymnaste japonais qui fut trois fois champion olympique, a résumé très simplement le problème après la compétition présentée dimanche.

« Malheureusement, 80 % des Japonais croient que les Jeux de Tokyo ne devraient pas avoir lieu en raison de la pandémie de coronavirus », a-t-il dit, à l’occasion d’un discours offert au stade national Yoyogi. Il s’est également adressé aux athlètes.

« Je sais que ça va de soi de penser comme ça, a-t-il poursuivi. Mais j’aimerais que les gens voient les choses d’un autre angle : Et si au lieu de dire que nous ne pouvons présenter les JO, nous nous demandions comment réussir à les présenter ? »

Uchimura a rappelé que de nombreux athlètes n’ont pu s’entraîner avec régularité, et que plusieurs d’entre eux n’ont pris part à aucune compétition depuis près d’un an.

Si les JO ont lieu, ils seront uniques en leur genre.

Les règlements seront stricts. Les déplacements seront limités. Et malgré toutes les précautions, certains athlètes recevront un diagnostic positif au coronavirus et devront être retirés de leur compétition. Le président du CIO, Thomas Bach, et son vice-président, John Coates, l’ont déjà reconnu.