(Paris) Le sprinteur américain Christian Coleman, qui doit manquer les Jeux de Tokyo à cause d’une suspension de deux ans pour manquements à ses obligations de localisation antidopage, va faire appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), a annoncé son gérant.

Agence France-Presse

« La décision du tribunal disciplinaire basée sur les règles de la Fédération internationale d’athlétisme est regrettable, et nous allons immédiatement faire appel devant le Tribunal arbitral du sport », écrit le gérant du sprinteur, Emanuel Hudson, sur le compte Twitter de sa société HSI.

« M. Coleman n’a rien à ajouter jusqu’au jugement », ajoute-t-il.

L’Unité d’intégrité de l’athlétisme (AIU) a annoncé mardi la suspension de Christian Coleman (24 ans), champion du monde du 100 m en titre et déjà suspendu provisoirement depuis mai, en raison de trois manquements à ses obligations de localisation antidopage en 2019.

Il est suspendu deux ans jusqu’au 13 mai 2022, et manquera ainsi les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août), repoussés à 2021 en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, s’il ne gagne pas en appel.