Quelques centaines de spectateurs, souvent les familles des joueuses, ont assisté vendredi soir au match entre le Crimson de Harvard et les Terriers de l'Université de Boston. Même si le Bright Hockey Center de Harvard peut contenir quelques milliers de spectateurs, l'ambiance était exceptionnelle grâce à une véritable fanfare.

Publié le 14 déc. 2010
Michel Marois LA PRESSE

«C'était vraiment amusant de jouer ici, ce soir, a reconnu Marie-Philip Poulin après la rencontre. Il y avait beaucoup de bruit et c'était motivant. C'est souvent comme ça au hockey universitaire, le nombre de spectateurs n'a pas d'importance.»

L'écart était évident entre les 20 000 spectateurs déchaînés présents à la finale olympique de Vancouver et les 250 passionnés réunis à Harvard, mais Poulin a joué avec la même détermination.

Quand, après le match, nous lui avons dit être venu vérifier si elle était toujours aussi bonne, elle a répliqué avec un grand sourire: «J'espère que je ne vous ai pas déçu?» tout à fait sûre de la réponse.