Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) analyse de nouvelles informations en lien avec une ancienne enquête impliquant des joueurs des Olympiques de Gatineau.

Mis à jour le 11 août
Vincent Larin
Vincent Larin La Presse

C’est du moins ce qu’a affirmé le porte-parole du Bloc québécois en matière de Sports, Sébastien Lemire, jeudi soir.

Ce dernier avait questionné le commissaire de la Ligue junior majeure du Québec (LHJMQ) lors de son passage au comité permanent de la Chambre des communes, en juillet dernier, pour étudier l’implication de Hockey Canada dans une affaire d’allégations d’agressions sexuelles commises en 2018.

La question de cette ancienne enquête du SPVQ sur des joueurs des Olympiques de Gatineau avait alors été ramenée à la table. « Il m’a répondu qu’ “une enquête avait déjà eu lieu dans ce dossier” », rappelle Sébastien Lemire.

Rappelons que les faits allégués concernés par cette enquête se seraient déroulés en 2014, dans une chambre d’hôtel de Québec. Une jeune femme de Trois-Rivières aurait été victime d’un viol collectif perpétré par quatre joueurs des Olympiques de Gatineau.

Quatre joueurs potentiellement impliqués

Dans un article du Soleil paru en 2015, la présumée victime indiquait s’être rendue à la police de Trois-Rivières pour porter plainte un an après les évènements.

L’enquête a été transférée au SPVQ, puis a été fermée puisqu’aucun élément criminel ne permettait aux policiers de porter des accusations. La Trifluvienne déplorait à l’époque que le SPVQ ne l’avait « pas prise au sérieux. »

« Or, si le Service de police manifeste de l’intérêt pour rouvrir cette enquête, nous allons certainement collaborer à l’enquête », avait indiqué en juillet dernier Gilles Courteau, toujours selon Sébastien Lemire.

Le député bloquiste a donc informé le SPVQ de cette déclaration et dit avoir reçu « par après un accusé de réception confirmant que les renseignements ont été transmis aux enquêteurs responsables pour analyse ».

« Nous sommes au courant que la police considère de rouvrir cette enquête et nous allons offrir notre pleine collaboration durant ces démarches », a indiqué le directeur marketing de la LHJMQ, Karl Jahnke, au journaliste Rick Westhead, qui a d’abord rapporté les propos de Sébastien Lemire.

La Presse n’a pas été en mesure de joindre le SPVQ à ce sujet jeudi soir.

Avec Le Droit