Les joueurs du Canadien ont trop souvent affiché une mine de confusion depuis le début de la saison, mais au moins, ils savent désormais ce qu’ils ont à faire à partir de maintenant : jouer comme mardi.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Jouer comme mardi ? C’est exact. Jouer comme ils l’ont fait lors de cette victoire de 3-0 face aux Red Wings de Detroit au Centre Bell. Exactement comme ça. En dominant largement au tableau des tirs (41-22), en évitant le banc des pénalités (seulement deux pénalités mineures de deux minutes) pour ne pas avoir à jouer à quatre contre cinq, et aussi, de manière générale, en écoutant ce que les entraîneurs ont à dire.

Ça peut sembler très simple, mais c’est ça.

« On a un système de jeu qui fonctionne seulement si on y met l’effort, a analysé Jeff Petry au terme d’un entraînement facultatif, mercredi à Brossard. On l’a vu mardi, et on a disputé notre match le plus complet de toute la saison. »

Selon le défenseur, le système en question est basé sur un positionnement efficace sur la glace, et aussi sur des passes efficaces.

« Pour que ça fonctionne, il faut être alerte mentalement, a-t-il ajouté. Lorsque notre système de jeu est bien exécuté, on sait exactement où tout le monde se trouve sur la glace. Lorsque ce n’est pas le cas, lorsque nous ne sommes pas alertes, on a des gars qui se retrouvent à aller n’importe où sur la glace, on a des passes imprécises. C’est un système de jeu qui est exigeant, oui, mais on sait que ça fonctionne. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Jeff Petry et Brendan Gallagher

Petry n’a pas été le seul à souligner avec fierté la performance de mardi soir ; depuis, tous les joueurs du Canadien, ainsi que Dominique Ducharme, ont rappelé à quel point ce match de 3-0 avait été le meilleur de l’équipe cette saison.

C’est ce genre de performance qui doit être répété plus souvent en 2021-2022, incluant jeudi soir au Centre Bell, lorsque les Islanders de New York seront les visiteurs. D’ailleurs, on remarque que le mot « constance » revient souvent dans le vocabulaire de Ducharme ces jours-ci.

« Notre début de saison n’est pas celui que l’on aurait voulu avoir, mais on n’y peut rien, a ajouté l’entraîneur montréalais. Maintenant, il nous appartient de comprendre ce qu’on a bien fait mardi, et ensuite de refaire la même chose. »

Ce match-là a peut-être été notre performance la plus complète de la saison. Il faut refaire ça de manière constante.

Dominique Ducharme

Il y a aussi que le Canadien n’a pas été en mesure d’enchaîner deux victoires de suite depuis le début de la présente saison, et que le moment serait drôlement bien choisi pour le faire.

Ainsi, les quatre prochains matchs du club seront tous présentés à domicile, au Centre Bell, et on devine que l’occasion serait idéale de bonifier cette fiche de 3-8, d’autant plus que le gardien Carey Price est attendu sous peu dans l’entourage de l’équipe.

À cet effet, il faut rappeler que les victoires du Canadien cette saison ont toutes été suivies par des défaites assez humiliantes, où le club a accordé cinq buts à chaque fois lors de sa sortie suivante. Ce qui n’est évidemment pas une recette pour le succès… et encore moins une recette en vue d’une place en séries.

Christian Dvorak a lui aussi remarqué la même chose.

« Il va falloir afficher plus de constance, parce qu’on n’a pas vraiment été en mesure d’enchaîner deux bonnes performances de suite depuis le début de la saison, a estimé l’attaquant. On sait qu’on est capables de jouer aussi bien qu’on l’a fait mardi contre les Red Wings. C’est à nous de le faire et de le démontrer sur une base régulière. »

Bonnes nouvelles pour Drouin… pour le moment

Au bout du compte, Jonathan Drouin aura eu plus de peur que de mal. S’il n’y a pas de recul dans son état de santé, l’attaquant québécois, blessé après avoir reçu une rondelle à la tête lors du match de mardi soir, pourrait même reprendre sa place dans la formation, jeudi soir au Centre Bell, lors du passage des Islanders de New York. Selon Dominique Ducharme, Drouin, s’il est en mesure de jouer, retrouvera le poste de centre sur le premier trio du club, en compagnie de Mike Hoffman et de Josh Anderson. « Il allait assez bien [mercredi matin], il n’a pas subi de commotion cérébrale, a expliqué Dominique Ducharme. Alors on est encouragés par les résultats, mais il faut rester prudents, parce que parfois, les blessures à la tête, ça peut changer 24 heures plus tard. Nous allons continuer à l’évaluer au jour le jour. »

Petry n’est pas au meilleur de sa forme

On se doutait bien que Jeff Petry traînait une blessure, et le principal intéressé l’a confirmé au terme de l’entraînement facultatif de mercredi au centre d’entraînement de Brossard. Le défenseur n’a toutefois pas voulu dévoiler la nature exacte de ce qui l’afflige. « C’est arrivé durant le match contre les Kings à Los Angeles [samedi], a-t-il expliqué. Ça s’est mis à être pire et j’ai eu à subir des traitements le lendemain. Ensuite, j’ai pris du mieux, et en ce moment, ce n’est rien de grave. J’étais un peu inquiet en revenant de Los Angeles, mais c’est mieux, et je me sens de mieux en mieux. » C’est peut-être aussi un peu pour ça que Petry n’a certes pas connu le début de saison espéré. « Il y a quelques fois où j’ai ressenti que je devais en faire plus et être le joueur que je ne suis pas, a-t-il ajouté. Je n’ai pas besoin de m’ajouter cette pression. »