(Las Vegas) On s’amusait bien mardi matin au T-Mobile Arena. Après l’entraînement du Canadien, Cole Caufield a préparé le terrain pour le match de la soirée en répliquant à Robin Lehner. Mais aura-t-il même la chance de l’affronter ?

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse
Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

C’est que pendant ce temps, au centre d’entraînement des Golden Knights, Marc-André Fleury a été le premier gardien à rentrer au vestiaire, pendant que Lehner, vainqueur du dernier match, restait avec les réservistes pour des exercices supplémentaires, selon les collègues sur place.

Bref, ce sont des indices qui laissent croire que Fleury serait de retour devant le filet, mardi soir, pour le cinquième match de cette série qui est égale 2-2.

Comme l’entraîneur-chef des Golden Knights, Peter DeBoer, a parlé avant l’entraînement, il ne s’est pas fait questionner sur l’identité du gardien partant. Et après sa performance de 27 arrêts, dimanche, qui faisait suite à une gaffe de Fleury lors du match précédent, Lehner était attendu par plusieurs comme gardien partant des Knights.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Robin Lehner

DeBoer a tout de même parlé de Lehner, de façon générale.

« Il y a beaucoup de choses que j’apprécie de lui. La personne qu’il est, son courage, ce qu’il a vécu en matière de santé mentale… Sa seule mission est d’aider les autres, a dit l’entraîneur-chef des Golden Knights. C’est admirable d’un point de vue humain. D’un point de vue de l’athlète, c’est un gardien d’élite. On a confiance en son jeu, on sait ce qu’il est capable de faire, et il le fait depuis longtemps. »

La réplique de Caufield

Après la victoire de 2-1 des Knights dimanche, Lehner avait été interrogé sur l’arrêt qu’il avait réalisé contre Cole Caufield, en échappée.

« C’est un joueur d’élite et je l’ai défié. D’après nos rapports de dépistage, il allait tirer soit haut, soit entre mes jambes. Quand j’ai vu qu’il visait entre mes jambes, j’ai fermé l’ouverture », a répondu Lehner.

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Robin Lehner a repoussé le tir de Cole Caufield qui s'amenait en échappée, dimanche soir.

Caufield a semblé piqué dans son orgueil par l’analyse de Lehner. « C’est une bonne chose qu’il pense à ce que je vais faire, a répondu le petit ailier droit. Je vais m’en servir au prochain match. C’est bien qu’il s’ouvre la trappe, car je sais à quoi il pense. Je peux m’en inspirer et créer de nouvelles choses. »

> Voir vidéo au haut de cet article

Caufield compte 7 points (2 buts, 5 passes) depuis le début des séries, en 13 matchs. Ses deux buts ont été inscrits dans cette série contre Vegas, les deux face à Fleury. Caufield a surtout démontré qu’il avait une utilité qui allait au-delà de ses talents de marqueur, bien connus dans le monde du hockey.

« Les gens m’ont étiqueté rapidement comme un marqueur et rien d’autre, mais j’ai bien plus à offrir, a répondu Caufield. Je vais continuer à prouver aux gens qu’ils ont tort. »

Aucun changement n’est à prévoir chez le Canadien, si on se fie à ce qu’on a observé mardi matin. Alexander Romanov et Brett Kulak ont fait des exercices supplémentaires avec les joueurs surnuméraires. Jake Evans (commotion cérébrale) portait encore un chandail bleu marine et l’entraîneur Luke Richardson a confirmé qu’Evans n’avait pas encore reçu le feu vert pour encaisser des contacts.

Retour possible de Stephenson

De leur côté, les Golden Knights pourraient bien saluer le retour de leur premier joueur de centre.

Une décision sur le sort de Chandler Stephenson sera prise juste avant la rencontre, a souligné Peter DeBoer aux membres des médias.

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

Chandler Stephenson

Stephenson a raté les trois derniers duels de la série en raison d’une blessure au « haut du corps », dont la nature n’a pas été précisée. Des rumeurs de commotion cérébrale ont circulé après que le joueur de 27 ans eut semblé ébranlé par une mise en échec de Ben Chiarot, du Canadien, au cours du match numéro 1.

Depuis ce temps, l’équipe s’est limitée à dire que l’état de santé de Stephenson était réévalué « au jour le jour », mais n’a jamais voulu affirmer si son joueur avait fait le voyage à Montréal pour les matchs 3 et 4. On peut donc se demander si les chances qu’il joue en soirée sont réelles ou s’il s’agit d’une tactique pour confondre l’adversaire dans sa préparation. Il s’est néanmoins entraîné avec ses ailiers habituels Max Pacioretty et Mark Stone mardi matin.

Dans tous les cas, DeBoer a convenu que Stephenson « avait manqué » à son club depuis trois rencontres. Les Knights ont en effet été limités à six buts dans cet intervalle, dont quatre sont venus de défenseurs. Les deux autres ont été inscrits par Nicolas Roy, centre qui pilote généralement le troisième trio.

De fait, les principaux canons offensifs sont particulièrement discrets du côté de Vegas. William Karlsson est celui qui paraît le mieux, avec trois mentions d’aide en quatre matchs, mais après lui, Max Pacioretty (deux aides), Reilly Smith (deux aides), Jonathan Marchessault (une aide) et Mark Stone (aucun point) sont tous loin de leur production habituelle.

DeBoer a tenu à relativiser cet état de fait en rappelant que le Canadien, avant de croiser la route des Knights, avait tenu en échec « deux très bonnes équipes offensives », à savoir les Maple Leafs de Toronto et les Jets de Winnipeg. En outre, « avec le gardien qu’ils ont, il faut être prêts à jouer beaucoup de matchs de 1-0 ou de 2-1 », a rappelé l’entraîneur-chef. « On a donc besoin de la contribution de gars qui ne marquent pas souvent, et c’est ce qui est arrivé avec Brayden McNabb et Nicolas Roy [dans le match numéro 4]. On est préparés à jouer comme ça à ce temps-ci de l’année. »