Il y a des victoires plus importantes que d’autres, et pour les membres du Canadien, celle de mercredi soir à Las Vegas est sans doute à classer dans la catégorie des victoires très importantes.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

En premier parce que ce triomphe par la marque de 3-2 a permis au club montréalais de rentrer à Montréal jeudi avec une égalité de 1-1 dans cette série face aux Golden Knights. Ensuite parce qu’elle a permis à Dominique Ducharme de constater quelque chose de plutôt important : oui, sa bande peut rivaliser avec celle de Vegas.

« On voulait sortir de là avec une égalité de 1 à 1 dans la série, et c’est fait, a-t-il expliqué jeudi matin avant le vol en direction de Montréal. Il y a aussi une grande partie de cette série qui va se jouer psychologiquement, et pour nous, c’était important de bâtir un rythme à ce chapitre. Aussi, ça prouve ce que l’on croit : on est ici pour gagner. »

Le troisième match de cette série sera présenté vendredi soir au Centre Bell, et nul besoin de préciser qu’une autre victoire plongerait probablement la province en entier dans un état d’euphorie jamais vu depuis la dernière conquête de la Coupe Stanley, celle de 1993.

Oui, bien sûr, le Canadien a atteint le carré d’as à deux reprises depuis, en 2010 et en 2014, mais les deux fois, d’abord face aux Flyers de Philadelphie, ensuite face aux Rangers de New York, on n’a jamais vraiment senti que le club était dans le coup.

C’est quelque peu différent cette fois. Mais du même souffle, Dominique Ducharme a reconnu que ce n’est pas parfait.

« Il y a encore place à l’amélioration… On veut refaire les bonnes choses, mais aussi améliorer d’autres aspects de notre jeu. On l’a fait lors des séries contre Toronto et Winnipeg. »

Comme tout le monde, Ducharme a noté subtilement que les Chevaliers dorés n’ont pas été punis lors du match de mercredi soir, ce qui est tout de même quelque chose. « Un match immaculé », a-t-il résumé, avec un léger teint de sarcasme dans la voix.

Petry : prochain vilain des X-Men ?

Par ailleurs, on a tous remarqué que Jeff Petry s’était pointé au match de mercredi soir avec les yeux rouges, un cas d’hémorragies sous-conjonctivales, selon les informations qui ont circulé. Sans trop entrer dans les détails, le défenseur chevronné a admis que cet état était apparu à la suite de l’incident survenu au Centre Bell lors du troisième match de la série contre les Jets, quand sa main droite était restée coincée dans une ouverture de la baie vitrée.

Cela a, semble-t-il donné lieu à une scène digne des films de Marvel à la maison, quand ses enfants ont décidé de jouer aux superhéros avec lui, et qu’il a dû camper un rôle de méchant pour l’occasion.

Sur la glace, c’est armé d’un gant spécial, muni d’une attelle à l’intérieur, que Petry a pu prendre part au match de mercredi soir. Il a conclu sa soirée avec 20 minutes 47 secondes de temps de jeu, et une aide sur le but de Tyler Toffoli. Il a aussi réussi deux tirs au filet.

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

Blessé à la main droite lors de la série précédente, Jeff Petry (à droite) a pu participer au match de mercredi soir.

Ce qui est particulier dans cette histoire, c’est que quelques instants avant le début du match, le compte Twitter du Canadien avait publié la liste des joueurs de sa formation en vue de la rencontre… et que le nom de Jeff Petry n’y était pas ! Mais, surprise, le principal intéressé était sur la glace quand tout s’est amorcé.

« J’ai fait savoir à l’équipe en matinée que je désirais prendre part à ce match, a expliqué le défenseur jeudi matin. Je me sentais bien et je savais que mes chances de retour au jeu étaient bonnes. »

Dominique Ducharme, lui, a tenu à assurer que le Canadien n’avait pas cherché à en passer une petite vite aux Golden Knights.

« Il n’y a pas eu de cachotteries, a-t-il répondu jeudi. Il nous fallait parler aux docteurs du club et obtenir le feu vert dans son cas. »

Un feu vert qui a été obtenu pour un joueur aux yeux rouges. En cette année remplie de surprises, ce n’est peut-être pas si surprenant, finalement.