(Toronto) John Tavares a réservé une surprise aux partisans des Leafs, ce jeudi, en sautant sur la glace du Scotiabank Arena une heure avant l’entraînement matinal de ses coéquipiers.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Le joueur de centre a subi une commotion cérébrale ainsi qu’une blessure à un genou dans les tout premiers instants de la série, jeudi dernier, après être entré en contact avec Corey Perry, du Canadien.

Il n’est, à l’évidence, pas prêt à revenir au jeu, mais son retour sur patins confirme qu’il « progresse très bien », comme l’a souligné l’entraîneur-chef des Leafs, Sheldon Keefe.

Aucune date n’a encore été avancée pour un possible retour au jeu. Il est déjà acquis qu’il ne jouera pas contre le Canadien, quand bien même la série atteindrait la limite de sept matchs.

Ce qui est certain, par contre, c’est que la seule présence du capitaine dans l’entourage de l’équipe constitue un élément d’inspiration supplémentaire pour ses coéquipiers.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré Tavares s’adressant à son équipe après les récentes victoires des Leafs sur le Tricolore. Le vétéran a en outre participé aux dernières réunions d’équipe.

« Il communique constamment avec les gars depuis sa blessure, a confirmé Keefe. Mais de l’avoir en personne est énorme pour les gars. »

« On est contents de le voir venir nous supporter, de pouvoir passer du temps avec lui », a renchéri le défenseur Morgan Rielly.

« C’est encourageant, et ça nous fait du bien émotionnellement et mentalement », a enchaîné Justin Holl.

En finir au plus vite

Tavares ou pas, l’heure était à la bonne humeur à l’entraînement des Leafs. On assure par contre que la concentration et la préparation sont optimales, à quelques heures d’un match qui revêt la plus grande des importances pour cette organisation. L’équipe pourrait en effet remporter une première série depuis 2004.

La veille, Sheldon Keefe avait insisté sur le fait qu’il ne voulait pas que ses joueurs prennent sur eux le poids de 17 ans d’insuccès.

Les principaux concernés, par contre, sont bien conscients des attentes à leurs endroits, notamment de la part de partisans qui ne demandent qu’un prétexte pour célébrer.

« C’est la réalité de jouer dans de gros marchés comme Toronto ou Montréal, a convenu Justin Holl. C’est évidemment un gros match pour nous, une étape importante vers le but ultime. Mais il faut y aller un match à la fois. »

Morgan Rielly a fait valoir à quel point il était difficile de « finir » un adversaire en séries, comme son club a la chance de le faire ce jeudi soir.

Le défenseur en sait quelque chose, lui qui a vécu l’élimination hâtive de son équipe au cours des quatre dernières années.

« On comprend ce qui est à l’enjeu et on mesure bien ce que ça prend pour terminer le travail, a-t-il dit. On sait que [le Canadien] disputera son meilleur match de la saison. Le défi est grand, mais on est prêts. »

Keefe a quant à lui tenté de relativiser les choses en affirmant que ses hommes traitent ce match au même titre que les précédents. « On ne regarde pas plus loin que la première présence de la soirée », a-t-il assuré.

La formation exacte des Leafs n’a pas été entièrement précisée. On sait par contre que Nick Foligno ratera un troisième match de suite.