La Ligue nationale de hockey ajoutera des tests de dépistage rapide les jours de matchs pour les joueurs dans le cadre de ses protocoles liés à la COVID-19 dans l’espoir de freiner de potentielles éclosions du virus au sein des équipes.

Publié le 11 févr. 2021
John Wawrow Associated Press

C’est ce qu’a appris l’Associated Press d’une personne au courant de la situation. Cette personne s’est exprimée sous le sceau de la confidentialité, parce que la ligue n’avait pas encore dévoilé cette mise à jour de ses protocoles.

Les tests de dépistage rapide génèrent des résultats dans un intervalle d’une demi-heure et s’ajouteront aux tests d’amplification des acides nucléiques (TAN).

Les TAN sont considérés comme étant plus précis, mais il faut attendre entre 12 et 24 heures pour obtenir un résultat.

La décision vient deux jours après que l’attaquant Tomas Nosek, des Golden Knights de Vegas, eut été placé en quarantaine après avoir joué deux périodes du match de son équipe contre les Ducks d’Anaheim alors qu’il avait obtenu un résultat positif à la COVID-19.

Par ailleurs, le début du match de jeudi entre les Oilers d’Edmonton et le Canadien de Montréal a été repoussé d’une heure puisqu’un attaquant des Oilers a dû se soumettre au protocole en matière de COVID-19.

Les Oilers sont devenus la première parmi les sept équipes canadiennes à faire face à un problème lié au coronavirus depuis le début de la saison. Jusqu’à maintenant, la LNH a dû reporter un total de 35 matchs, impliquant tous des clubs basés aux États-Unis.

Quatre formations de la LNH se trouvent en mode pause : les Sabres de Buffalo, le Wild du Minnesota, les Devils du New Jersey et les Flyers de Philadelphie. D’autres clubs se sont aussi retrouvés en congé forcé.

L’attaquant Mark Stone, des Golden Knights, voit d’un bon œil la décision d’ajouter des tests de dépistage rapide.

« La mise en place des tests de dépistage rapide va aider », estime-t-il.

« Nous en saurons plus avant les matchs ce qui, en fin de compte, est ce que nous voulons. »

Stone reconnaît que le premier mois de la saison est devenu une occasion d’apprentissage, compte tenu des chambardements qu’a causés la COVID-19.

« Je pense qu’il fallait être un peu naïf pour croire que nous passerions toute la saison sans qu’un seul joueur ne reçoive un test positif », a rappelé Stone.

« Je pense qu’un peu tout le monde apprend au fur et à mesure. »