C’est la meilleure équipe canadienne et la meilleure équipe tout court qui va débarquer au Centre Bell, mercredi soir, pour y affronter le Canadien.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Cette meilleure équipe, c’est (pour l’instant du moins) celle qui provient de Toronto, et qui arrive ici le vent en poupe. Car les Maple Leafs viennent de gagner trois matchs de suite, et car ils occupent le premier rang de la division Nord, trois points devant le Canadien, qui a toutefois disputé un match en moins.

Il est un peu tôt dans la saison, certes, mais ça commence déjà à ressembler à un duel au sommet.

« Le Canadien est une bonne équipe dans toutes les facettes du jeu, a expliqué mercredi matin l’entraîneur Sheldon Keefe. C’est une équipe qui mise sur une bonne défense, de bons attaquants, de bons gardiens, et c’est une équipe qui ne vous permet pas de lever le pied… il faudra être prêts et on sera prêts. »

On aime bien parler de cette rivalité mais dans les faits, les Leafs et le Canadien n’ont pas souvent eu à disputer des matchs importants dans un passé récent, parce que les deux clubs ont rarement été bons au même moment.

C’est en voie de changer maintenant, surtout que les Leafs cherchent à jouer du hockey responsable défensivement depuis peu. Le club à la feuille d’érable est présentement le meilleur du circuit, avec un solide dossier de 10-2-1, et un total de 21 points.

« On cherche juste à pouvoir trouver le meilleur équilibre, a expliqué l’attaquant John Tavares. On veut produire et marquer des buts bien sûr, mais on ne veut pas non plus en donner beaucoup. Il ne faut pas que les hauts et les bas en attaque ou en défense soient aussi criants que la saison dernière. Je crois que nous avons pu trouver un bel équilibre à ce chapitre cette saison. »

Les Leafs débarquent ici avec quelques canons qui font du bruit, notamment Mitch Marner, avec 21 points en 13 matchs, et Auston Matthews, qui a déjà 11 buts à sa fiche, un sommet dans la LNH.

Le club torontois pourra compter sur le retour du défenseur Travis Dermott à sa ligne bleue.

Du reste, il faudra peut-être s’habituer à voir les Leafs plus souvent, et aussi les autres équipes canadiennes.

« C’est probablement trop tôt pour se demander si ce calendrier est un bon calendrier ou pas, a ajouté John Tavares. Je pense que c’est plaisant pour les joueurs et aussi les fans au pays, mais on verra. Quand on sera de retour à la normale, il y aura sans doute des aspects de tout ceci que nous pourrons conserver. »