(Montréal) C’est Jake Allen qui défendra le filet du Canadien, samedi, dans le deuxième match en trois jours contre les Flames de Calgary.

Mis à jour le 30 janv. 2021
Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Allen obtiendra donc un troisième départ cette saison, après seulement huit matchs, preuve que Claude Julien a bien l’intention, cette fois, de réellement réduire la charge de travail de Carey Price.

« Cette semaine, c’est différent parce qu’on n’a pas joué beaucoup. Ç’aurait été facile de seulement utiliser Carey. Mais on a une grosse semaine qui s’en vient, on va jouer quatre matchs. On ne veut pas un gardien qui reste sans jouer pendant deux semaines », a expliqué Julien.

Jusqu’ici, on peut respecter le plan.

Claude Julien

Du reste, l’entraîneur-chef ne prévoit apporter aucun changement à sa formation. Joel Armia (commotion) s’est exercé en solitaire pendant une quinzaine de minutes et ne semble donc pas près d’un retour au jeu.

L’entraînement de samedi était optionnel. Les trois gardiens y ont participé, de même que six des huit défenseurs (Shea Weber et Jeff Petry étaient absents), et huit attaquants.

C’est donc dire que Victor Mete sera laissé de côté et continuera à attendre son tour pour son premier match de la saison.

Le bon départ de Kulak remarqué

À ce sujet, si Mete n’a toujours pas joué, c’est notamment grâce au bon travail de Brett Kulak.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Brett Kulak

Kulak éprouvait l’an dernier des problèmes de constances en première moitié de saison, qui lui avaient valu quelques matchs sur la passerelle de presse. Il a toutefois connu une bonne fin de saison, a été excellent en séries à Toronto et a repris là où il avait laissé. En sept matchs, le grand gaucher montre un différentiel de +4, en tant que partenaire d’Alexander Romanov.

Il joue pas mal bien. Il a été placé avec un joueur de première année, un bon joueur de première année, mais qui est quand même en apprentissage. Brett a dû être fiable et il l’a été. Il a parfois affronté les meilleurs trios adverses et a bien fait ça. Il n’y a pas d’inconstance dans son jeu. C’est signe d’un joueur qui gagne en maturité.

Claude Julien

On remarque notamment que Kulak connaît du succès malgré un rôle plus limité, lui qui ne joue que 14 minutes par match. L’an dernier, il avait connu ses meilleurs moments quand il évoluait au sein du deuxième duo, et en arrachait lorsque son temps d’utilisation diminuait.

Brett Kulak en 2019-2020

Avant le 1er janvier 2020 : 0-3-3 en 29 matchs, -8 (dernier chez les défenseurs du Canadien), 15:59 par match

Après le 1er janvier : 0-4-4 en 27 matchs, +7 (premier chez les défenseurs du Canadien), 18:23 par match

En séries : 0-3-3 en 10 matchs, +2, 18:33 par match

« Ça vient avec l’expérience, a estimé Kulak. C’est parfois plus facile quand tu joues beaucoup, car tu as moins de temps pour penser à tes erreurs puisque ta présence suivante vient vite. Quand tu joues moins, tu penses davantage à chaque présence. Mais je ne dirais pas que j’ai un rôle moindre. Je joue moins de minutes, mais mes présences sont aussi importantes. »

Formation probable du Canadien samedi soir

Tatar-Danault-Gallagher
Drouin-Suzuki-Anderson
Toffoli-Kotkaniemi-Perry
Lehkonen-Evans-Byron

Chiarot-Weber
Edmundson-Petry
Kulak-Romanov

Allen