À quoi ressemblera cette saison 2021 pour le Canadien ? Nos experts se prononcent.

La Presse

Où se rendra le Canadien ?

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Le Canadien à l’entraînement cette semaine. Ci-dessus, les défenseurs Joel Edmundson, Jeff Petry, Shea Weber et Ben Chiarot.

Mathias Brunet : Le Canadien terminera au troisième rang de la division canadienne et pourrait franchir un tour ou deux en séries.

Richard Labbé : C’est la première fois en au moins 10 ans que le Canadien peut amorcer une saison avec autant d’optimisme. Les failles les plus importantes ont été colmatées, et les joueurs ajoutés à la formation me font croire que la première place de la division canadienne sera une réalité.

Guillaume Lefrançois : Au deuxième tour. L’équipe est améliorée, mais à moins qu’Alexander Romanov soit la réincarnation de Raymond Bourque, il manquera de talent pur pour aller plus loin.

Simon-Olivier Lorange : Demi-finale de la Coupe Stanley. N’importe quoi sous ce seuil sera une déception, vu les gestes drastiques posés par Marc Bergevin et la faiblesse de la division Nord.

Alexandre Pratt : Le Tricolore a le potentiel d’être le meilleur club de sa division. Donc de se rendre en demi-finale de la Coupe Stanley. Un objectif élevé, mais atteignable.

Qui causera la surprise ?

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Alexander Romanov

Mathias Brunet : Alexander Romanov progressera plus vite que prévu, deviendra un défenseur indispensable dès sa première saison et amassera entre 25 et 30 points.

Richard Labbé : Alexander Romanov. Il va commencer la saison avec un rôle modeste, mais ce rôle sera appelé à grandir au cours de la saison. Il ne faudrait pas se surprendre s’il devient un contributeur important vers la fin.

Guillaume Lefrançois : Jake Allen. Des noms comme Dustin Tokarski, Ben Scrivens et Keith Kinkaid nous ont rendus cyniques quand vient le temps de parler des gardiens auxiliaires. Mais Allen est carrément surqualifié pour le poste.

Simon-Olivier Lorange : Tyler Toffoli. Il y a eu beaucoup de tapage autour de l’acquisition de Josh Anderson, mais Toffoli sera une arme redoutable sur un 2e ou un 3e trio.

Alexandre Pratt : Jonathan Drouin. Il pourrait finir en tête des marqueurs de l’équipe. Avant sa blessure au poignet, il était le meilleur attaquant du club. Jouer avec Nick Suzuki améliorera sa production offensive.

Qui sera la déception ?

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Tomas Tatar

Mathias Brunet : Si vous espérez encore le Corey Perry de 2014, vous serez déçu. Il a été fort utile à Dallas en séries, mais à 35 ans, il ne sera plus que l’ombre de lui-même à Montréal et peinera à percer le top 9.

Richard Labbé : Josh Anderson. C’est un gros (et long) contrat que le sien, et un contrat que la direction du Canadien va regretter assez vite, surtout pour un joueur qui a bien peu joué récemment.

Guillaume Lefrançois : Tomas Tatar. Il a rendu de fiers services pendant deux saisons, mais son avenir incertain, dans un marché difficile pour les joueurs autonomes, le déconcentrera.

Simon-Olivier Lorange : Alexander Romanov. Ce ne sera pas sa faute, mais il est TELLEMENT attendu que s’il ne devient pas défenseur numéro 1 de l’équipe d’ici deux semaines, de nombreux amateurs risquent d’être déçus.

Alexandre Pratt : Tomas Tatar. Rien à voir avec la qualité de son jeu. Mais ce sera difficile de maintenir le rythme de production des deux dernières saisons.

Quel jeune joueur impressionnera le plus ?

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

Mathias Brunet : Par rapport à sa production de huit points en 36 matchs l’an dernier, Jesperi Kotkaniemi aura la progression la plus étonnante et surpassera aisément son total de 34 points amassé à sa saison recrue.

Richard Labbé : Alexander Romanov, pour toutes les raisons soulignées plus haut.

Guillaume Lefrançois : Nick Suzuki. Mieux entouré que l’an dernier, avec un an derrière la cravate, il continuera sa progression.

Simon-Olivier Lorange : Artturi Lehkonen. À quel moment arrête-t-on d’être jeune ? Le Finlandais a beau avoir disputé presque 300 matchs, il n’a que 25 ans. Il a connu des séries éliminatoires inspirées, et un rôle mieux défini le servira bien.

Alexandre Pratt : Alexander Romanov. Simplement parce que les attentes des partisans envers Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi sont démesurément élevées.

Quel joueur sera échangé en premier ?

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Ryan Poehling

Mathias Brunet : Un espoir ou un choix sera échangé à la date limite des transactions pour du renfort. Ce pourrait être Ryan Poehling ou un jeune défenseur gaucher.

Richard Labbé : Échangé ou libéré, mais peu importe, j’ai du mal à croire que Paul Byron va passer la saison en entier à Montréal.

Guillaume Lefrançois : Le choix de 3tour en 2021 que le Canadien a acquis de Chicago. Les restrictions sanitaires réduiront l’appétit des DG pour des transactions.

Simon-Olivier Lorange : Joel Armia. À moins que Tyler Toffoli ne se découvre une vocation à l’aile gauche, Armia est de trop à droite. Et il est sans contrat à la fin de la saison.

Alexandre Pratt : Les règles de quarantaine compliqueront les transactions. Je m’attends à un marché calme. Ce printemps, Ryan Poehling pourrait être échangé contre une aide immédiate.

Qui sera le joueur le plus utile ?

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Jeff Petry

Mathias Brunet : Nick Suzuki ne sera pas intimidé par sa tâche de centre numéro un. Il sera le meilleur attaquant de son équipe, comme en séries éliminatoires.

Richard Labbé : Jonathan Drouin. C’est une saison très importante pour lui et je pense qu’il en est pleinement conscient.

Guillaume Lefrançois : Jeff Petry. Avec Shea Weber qui ne rajeunit pas, il deviendra encore plus important.

Simon-Olivier Lorange : Carey Price. Les années passent, mais un fait demeure : ses succès (ou ses insuccès) dicteront ceux du Canadien. La défense a grossi, mais il recevra encore des rondelles.

Alexandre Pratt : Jeff Petry. Un défenseur complet, qui vient d’aligner trois saisons consécutives de 40 points ou plus, et qui jouera plus de 20 minutes tous les matchs.