(Washington) Le Canadien a procédé à une transaction mineure au niveau de la LNH, mais lourde de sens dans la Ligue américaine.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Le Tricolore a envoyé les vétérans Riley Barber et Phil Varone aux Penguins de Pittsburgh, et obtient Joseph Blandisi et Jake Lucchini. Ces derniers se rapporteront directement au Rocket de Laval, tandis que Barber et Varone prennent la route de Wilkes-Barre, pour se joindre au club-école des Penguins.

Barber et Varone ont été embauchés l’été dernier comme joueurs autonomes. Barber a disputé neuf matchs avec le CH, n’obtenant aucun point. À Laval, il a inscrit 13 buts et 18 passes pour 31 points en 39 matchs.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Phil Varone

Varone, lui, a été ralenti par une blessure et n’a amassé que 14 points en 27 rencontres.

Les deux vétérans ont été laissés de côté par Joël Bouchard dimanche.

PHOTO JEFF MCINTOSH, LA PRESSE CANADIENNE

Joseph Blandisi

Blandisi, qui compte 101 matchs d’expérience dans la LNH, totalise 14 points en 26 matchs dans la LAH cette saison. Il a aussi disputé 21 rencontres avec le grand club à Pittsburgh, amassant 5 points. Lucchini, un joueur de 24 ans jamais repêché, totalise 15 points en 53 matchs.

Question d’attitude

À l’évidence, Varone et Barber n’étaient plus dans les bonnes grâces de Joël Bouchard.

Les deux sont dans des disettes offensives – 1 point en 6 matchs pour l’un, 1 en 4 pour l’autre –, mais en réalité, c’est toute l’équipe qui traverse une vilaine séquence, avec une seule victoire à ses 11 derniers matchs.

L’entraîneur n’a toutefois pas été tendre à l’endroit de ses deux vétérans.

Après les avoir rayés de son alignement lors du dernier match du désastreux voyage du club-école du Canadien, Bouchard a rappelé mardi que lorsqu’on lui avait confié son emploi à la tête du Rocket, à l’aube de la saison 2018-2019, l’organisation avait manifesté le désir d’un « changement d’attitude ».

« Les réponses sont sur la glace, a dit le pilote du Rocket. Je n’ai rien contre ces gars-là, je leur ai dit ce que j’avais à dire. À la fin, ce sont des joueurs de hockey : leur job, c’est de jouer au hockey et de suivre les directives que l’équipe demande. »

Affirmant ne « pas avoir peur » de prendre des décisions « nécessaires », Bouchard a ajouté, toujours à propos de Varone et Barber, que « leur façon de se comporter » au cours du match suivant allait « en dire beaucoup ».

Ils étaient tous les deux en uniforme mercredi soir face au Moose du Manitoba, dans un duel que les Lavallois ont perdu 5-4 en prolongation.

Poste disponible

La transaction permet aussi au Rocket de libérer un poste de « vétéran » au sens du règlement de la Ligue américaine, car Varone comptait comme un vétéran, tandis que ni Blandisi ni Lucchini n’ont joué assez de matchs professionnels pour avoir atteint ce statut.

La « règle du développement », comme le dit la Ligue américaine, stipule qu’à tous les matchs, un minimum de 12 patineurs d’une équipe doit avoir 260 matchs ou moins d’expérience dans les rangs professionnels. Les six autres patineurs peuvent excéder ce chiffre, mais l’un des six ne peut pas avoir joué plus de 320 matchs professionnels. Ces calculs sont basés sur les chiffres en début de saison.

À l’heure actuelle, chez le Rocket, Karl Alzner, Charles Hudon, Yannick Veilleux et Matthew Peca (264 matchs) ont le statut de vétérans.

Riley Barber : 240 matchs
Phil Varone : 585 matchs
Joseph Blandisi : 238 matchs
Jake Lucchini : 68 matchs