(Brossard) Les sourires étaient francs et les teints, basanés, sur la glace du complexe Bell de Brossard, où le Canadien a repris l’entraînement dimanche après-midi après une semaine complète de congé.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Les hommes de Claude Julien se sont livrés dans la bonne humeur à des exercices à haute intensité. Mais ils savent trop bien que le défi qui les attend est immense.

Pendant sa relâche, le Tricolore a en effet vu sa situation s’empirer au classement. Comme l’équipe avait disputé un peu plus de parties que ses adversaires dans la course aux séries éliminatoires, le retard de six points qu’il accusait sur la dernière place disponible pour les séries après son dernier match était un peu trompeur.

Le portrait est maintenant plus net, mais les perspectives, plus sombres. C’est maintenant un écart de 10 points que le Canadien doit combler.

Prônant l’optimisme, Claude Julien a convenu qu’une « grosse semaine » attendait son équipe. Les Capitals de Washington, premiers au classement général de la LNH, seront les visiteurs au Centre Bell lundi soir. Même si Alex Ovechkin regardera l’affrontement dans les gradins, puisqu’il purgera une suspension d’un match pour avoir refusé de participer au Match des étoiles, les Caps ont bien assez de munitions pour causer des soucis au CH.

Le Canadien mettra ensuite le cap sur Buffalo pour y affronter les Sabres jeudi, après quoi il se mesurera coup sur coup aux Panthers de la Floride et aux Blue Jackets de Columbus, à la maison. Ces trois dernières équipes sont au nombre des équipes que le Canadien tente de rejoindre au classement.

« C’est une semaine importante, il n’y a aucun doute, a reconnu Julien. On est conscients de ça. On espère être prêts à faire face à ce défi. »

Dans le vestiaire, le mot d’ordre est clair. « Un match à la fois », a insisté Phillip Danault. « Si on regarde le portrait global, ça va être vraiment difficile », a ajouté le Québécois.

« On se concentre exclusivement sur [lundi]. C’est tout ce qui compte », a renchéri Max Domi.

Assez critique de son propre travail et de celui de ses coéquipiers, Ilya Kovalchuk a pour sa part prévenu qu’il n’y aurait « pas d’excuse » pour justifier une contre-performance au cours des prochains jours.

Le retour du congé offre un « nouveau départ », selon lui.

« Les gars ont la tête reposée [fresh mind]. Il faut montrer le meilleur de nous-mêmes. »

Blessés

Le retour au travail a permis à Claude Julien de faire le point sur les blessures qui affligent encore ses effectifs.

Brendan Gallagher, Jonathan Drouin et Paul Byron n’ont pas pris part à l’entraînement régulier de dimanche et on sait d’ores et déjà qu’ils n’affronteront pas les Capitals. Ils ont toutefois patiné ensemble avec des thérapeutes.

Drouin et Gallagher portraient leur équipement complet et Claude Julien est confiant de les voir obtenir le feu vert des médecins bientôt pour rejoindre leurs coéquipiers.

Blessé au poignet gauche, Drouin vient de passer le seuil des 10 semaines de convalescence. Lorsqu’il est tombé au combat le 15 novembre dernier, on prévoyait une absence de 8 à 10 semaines; dimanche, Julien a plutôt évoqué 10 à 12 semaines — « il y a tellement de blessés ! », s’est-il exclamé lorsqu’on lui a souligné cette incohérence. Dans tous les cas, la réhabilitation du numéro 92 touche visiblement à sa fin.

Le cas de Gallagher reste nébuleux. Il a subi une commotion cérébrale le 31 décembre dernier et a renoué avec l’action pour un seul match le 9 janvier. Il n’a pas rejoué depuis. L’équipe a d’abord fait savoir s’il souffrait de maux de tête, mais n’a jamais confirmé si ces douleurs étaient liées à sa commotion.

Comme il l’avait fait à son dernier retour au jeu, Gallagher s’est entraîné avec une visière teintée, dimanche. L’intolérance à la lumière vive est au nombre des symptômes d’une commotion.

Byron, lui, s’est encore contenté de patiner dans un survêtement de sport. Son retour ne semble pas imminent, comme l’a confirmé Claude Julien.

Sans surprise, Shea Weber ne s’est pas entraîné lui non plus, puisqu’il a pris part au Match des étoiles samedi à St-Louis. Il devrait toutefois être à son poste lundi au Centre Bell contre les Capitals de Washington. Cale Fleury s’est donc entraîné à la droite de Ben Chiarot sur le premier duo en défense.

Les combinaisons à l’entraînement étaient les mêmes que celles déployées lors du dernier match de l’équipe le samedi 18 janvier dernier. Le Tricolore avait alors vaincu les Knights de Vegas 5-4 en tirs de barrage. Avant la pause, l’équipe avait inscrit 4 gains en 5 rencontres.

Les combinaisons à l’entraînement :

Tatar-Danault-Kovalchuk
Domi-Suzuki-Armia
Poehling-Kotkaniemi-Lehkonen
Weise-Thompson-Cousinsù
Jordan Weal en extra

Chiarot-Fleury (Weber en congé)
Scandella-Petry
Kulak-Mete

Price
Lindgren