Il y aura des marques qui orneront les casques protecteurs des joueurs de la LNH cette saison, tandis que les équipes tentent d’éponger une partie des pertes engendrées par la pandémie de COVID-19.

Stephen Whyno
Associated Press

Les Devils du New Jersey, les Capitals de Washington et les Predators de Nashville sont devenues les premières équipes du circuit Bettman à dévoiler les publicités qui orneront les casques protecteurs, mardi.

Ce sera une expérience d’un an, alors que les équipes doivent composer avec des amphithéâtres vides et une saison régulière écourtée à seulement 56 matchs.

« Certes, les équipes se retrouvent en situation précaire, a évoqué le directeur financier des Predators Chris Junghans après l’annonce de l’entente du club du Tennessee avec Bridgestone. En conséquence, elles cherchent à créer de la valeur, de la vraie valeur, quelque chose de tangible pour nous aider, des gars comme moi, pour en faire de véritables partenaires d’affaires. Et ça devait être intéressant, ça devait être dynamique. »

La LNH a exclu les publicités de ses chandails surtout parce qu’il était plus simple et plus rapide de vendre des espaces sur les casques protecteurs. Le commissaire Gary Bettman a mentionné en 2017, après que la NBA a approuvé la présence de publicités sur ses camisoles, qu’il faudrait des « circonstances exceptionnelles » pour que ce soit permis au hockey.

Et les circonstances actuelles le permettent, bien que les casques ne sont que la première étape.

« Ce n’est pas invasif, et c’est quelque chose qui était important pour nous lorsque nous nous sommes penchés sur cet enjeu, a confié le président des Devils Jake Reynolds, qui a souligné que son club était le premier à avoir signé une entente de commandite avec Prudential. Nous voulions que ce soit une alliance naturelle, que ça corresponde à notre philosophie, et nous voulions nous assurer de faire la bonne chose. »

La possibilité d’ajouter de la publicité sur l’uniforme des équipes a commencé à circuler entre la ligue et les équipes à la fin de la dernière saison. Bettman, le commissaire adjoint Bill Daly et le directeur commercial de la LNH Keith Wachtel ont maintenu les canaux de discussions, et il y a une semaine, les équipes ont obtenu le feu vert pour trouver jusqu’à un maximum de deux entreprises qui pourraient mettre leur logo sur les casques protecteurs — en fonction des diverses combinaisons d’uniformes.

Ces trois premières équipes ont conclu des ententes avec des entreprises dont le nom ornait déjà la façade de leur amphithéâtre.

La LNH pourrait bientôt ajouter de la publicité sur ses chandails, à condition qu’elle sente que les ententes puissent être lucratives. Pour l’instant, en pleine pandémie, elle compte plutôt vendre des espaces publicitaires qui seront visibles ailleurs à la télévision, comme par exemple sur les toiles qui couvriront les gradins vides des amphithéâtres.