Braydon Coburn a été poli, mais ferme en refusant de répondre à une question.

John Wawrow
Associated Press

Un jour après que les joueurs de la LNH eurent fait front commun pour forcer le circuit à remettre deux programmes de matchs afin de laisser la place à la lutte contre l’injustice raciale, le défenseur du Lightning de Tampa Bay s’est assuré de garder les projecteurs sur cet enjeu.

« Merci pour la question. C’est apprécié. Mais nous voulons nous assurer que l’attention et les conversations tournent autour de ces problèmes », a dit Coburn lors d’une visioconférence, vendredi.

Les questions sur les changements aux formations, le jeu en avantage numérique et les séquences de deux matchs en autant de soirs ont donc été mises sur pause, comme les deux matchs qui étaient prévus vendredi.

L’accent a plutôt été mis sur les enjeux de société — ce qui se passe hors des bulles de la LNH à Toronto et Edmonton. Les joueurs ont parlé des discussions qu’ils ont eues et qui ont mené à la décision d’emboîter le pas des autres circuits nord-américains et d’arrêter les activités pendant quelques jours.

« Je pense que c’est l’effet des actions des autres ligues », a dit Coburn, en lien aux décisions de la NBA et des autres circuits, qui ont remis des matchs à l’horaire mercredi pendant que la LNH continuait à jouer.

« Pour nous, nous avons maintenant eu des discussions et c’est ça qui est important », a-t-il ajouté.

La LNH a modifié son calendrier et présentera trois matchs samedi et trois matchs dimanche.

Si les joueurs sont conscients que leur décision ne provoquera pas de changements immédiats dans la société, ils croient avoir franchi un pas important en organisant des discussions approfondies à ce sujet.

« Nous savons tous que tout ne sera pas réglé d’ici demain matin, mais il s’agit d’une situation où tout le monde a besoin d’apprendre des choses et de poser des questions », a dit le défenseur du Lightning Luke Schenn.

Ce mouvement à travers le sport nord-américain survient quelques jours après que la police eut ouvert le feu en direction de Jacob Blake, un homme noir, au Wisconsin.

L’entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie, Alain Vigneault, a été le seul entraîneur-chef des équipes de l’Association de l’Est à ne pas rencontrer les médias, vendredi. Vigneault avait été la cible de critiques la veille, quand il avait affirmé qu’il se concentrait uniquement sur le hockey.

Le défenseur des Flyers Matt Niskanen s’est porté à la défense de Vigneault, qu’il a qualifié de « professionnel dévoué ».

« Nous ne vivons pas dans des temps faciles. Ce qui se passe est très complexe. Pour les joueurs, nous voulions faire ce qui était la bonne chose à faire et nous avons pris une décision d’agir en tant que groupe, a ajouté Niskanen. Je vais laisser “AV” répondre aux questions sur son approche de la vie dans la bulle. »