Ça semblait écrit dans le ciel depuis quelques jours et c’est maintenant officiel : le Canadien a cédé Jesperi Kotkaniemi au Rocket de Laval, samedi matin.

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

Kotkaniemi avait été laissé de côté jeudi, lors du match du Tricolore à Buffalo.

En 36 matchs cette saison, l’attaquant compte 8 points, dont 6 buts, et présente un différentiel de-11.

« Il a besoin de jouer et de regagner sa confiance, a dit Claude Julien, lors de son point de presse d’avant-match, en prévision du duel de samedi après-midi contre les Panthers de la Floride. On essaie vraiment de faire une poussée. Dans quelques semaines, on aura une bonne idée de notre sort. On veut placer la meilleure équipe possible sur la glace et essayer de gagner nos matchs. En même temps, on veut lui donner la chance de retrouver sa confiance et revoir le jeune espoir de l’an dernier. »

Pour une deuxième journée de suite, le Tricolore cède donc un de ses espoirs à Laval. Vendredi, c’était le tour de Cale Fleury, qui avait passé la totalité de la saison à Montréal jusqu’ici. Par contre, de l’extérieur, la décision semble moins délicate quand il s’agit d’un 87e choix au repêchage, plutôt qu’un 3e choix.

Julien a toutefois rejeté cette lecture.

« Peu importe le rang de sélection, il ne faut pas prendre une décision en se basant uniquement là-dessus. Il faut regarder la situation. Quand on analyse son jeu, on remarque qu’il doit rebâtir sa confiance et on veut qu’il joue plus. Quand on regarde ses statistiques, ses points et ses plus et moins… On tente de le protéger contre certains trios. Il doit retrouver sa game et sa confiance. »

Repêché en 2018, Kotkaniemi a accédé à la LNH à 18 ans, connaissant des débuts intéressants. Le Finlandais a toutefois connu une fin de saison difficile, et ses problèmes se sont poursuivis cette saison. Il a notamment été ralenti par deux blessures cette saison, dont une commotion cérébrale, qui lui ont fait rater 15 matchs.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Jesperi Kotkaniemi a subi une commotion cérébrale contre l'Avalanche du Colorado, le 5 décembre.

Le Rocket joue dès samedi soir, à Laval, contre Belleville. L’équipe disputera ensuite des matchs mercredi, samedi et dimanche.

Weal ou Poehling ?

Du reste, il y aura un seul changement à la formation. Jordan Weal prend la pace de Ryan Poehling pour le poste de 12e attaquant.

Poehling a vu son temps d’utilisation fondre ces derniers matchs, passant de 12 à 10 à 8 minutes, jeudi, à Buffalo.

On conviendra qu’une telle formulation évite à Julien de justifier la mise à l’écart de deux anciens choix de premier tour de l’équipe, si le sort de Poehling est déjà décidé.

PHOTO GRAHAM HUGHES, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Ryan Poehling

Dans la portion anglaise de son point de presse, un collègue a d’ailleurs demandé à Julien si un renvoi à Laval était possible aussi pour Poehling. La question se pose d’autant plus que le retour au jeu de Jonathan Drouin approche.

« Peu importe c’est qui, ce n’est pas de punir le jeune. Chaque fois qu’un jeune est laissé de côté, on regarde le côté négatif, a déploré Julien. Dans les deux prochaines semaines, on veut déployer la meilleure équipe pour chaque match, pour contrer l’autre équipe. Si on veut faire une poussée, on doit penser ainsi, pas se demander comment ce sera perçu. Donnons une poussée et dans une semaine ou deux, on saura si on est dans la course ou pas. On gèrera ensuite notre formation de façon appropriée. »