Mathieu Darche a toujours voulu faire un retour dans le monde du hockey, et cette fois, en cravate et complet. Il aura l’occasion de le faire à Tampa Bay.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Darche, qui a disputé 250 matchs dans la Ligue nationale de hockey, a été embauché hier par le Lightning de Tampa Bay à titre de directeur des opérations hockey. Pour lui, c’était une occasion qu’il ne pouvait pas refuser. Surtout qu’elle lui a été offerte par le directeur général du Lightning, Julien BriseBois, qui est un ami de longue date.

« C’est lui qui m’avait offert un contrat avec le Canadien [en 2009-2010], a tenu à rappeler Darche hier en entrevue téléphonique. On a toujours été en contact depuis et on s’appelait régulièrement pour parler de hockey… Comme mon frère [Jean-Philippe] m’a dit, ça faisait sept ans qu’il me passait en entrevue ! »

Les deux hommes ont discuté de nouveau lors du dernier passage du Lightning à Montréal, au début du mois d’avril. Et depuis cette date, il était déjà acquis que l’ancien attaquant de 42 ans allait déménager à Tampa Bay pour y entreprendre la deuxième portion de sa carrière au hockey.

Dernier détail à régler : convaincre la famille de suivre. « J’ai deux garçons de 16 et 14 ans, et c’est un peu ce qui me faisait hésiter, a-t-il admis. Mais ils ont fini par embarquer, et aussi, est-ce qu’une occasion comme celle-là allait un jour se représenter pour moi ? C’était maintenant ou jamais. »

Depuis sa retraite, celui qui a porté les maillots des Blue Jackets de Columbus, des Predators de Nashville, des Sharks de San Jose, du Lightning et du Canadien a travaillé à titre de vice-président, ventes et marketing, pour l’entreprise montréalaise Delmar International.

Mais ceux qui l’ont vu prendre part activement aux négociations entre la LNH et l’Association des joueurs lors du lock-out de 2012 se doutaient bien qu’un jour, Mathieu Darche allait se replonger dans le monde du hockey et des affaires.

« J’ai toujours aimé le côté des affaires en rapport avec le sport professionnel, a-t-il ajouté, et Julien BriseBois est quelqu’un avec qui j’ai développé des affinités au fil du temps. En plus que j’aime Tampa, l’équipe, et aussi, c’est un club qui en sera un de premier plan pour plusieurs années… Je ne pouvais pas laisser passer ça. »