Des rumeurs persistantes ces derniers jours associaient l'attaquant Anthony Duclair au Canadien de Montréal. Si le principal intéressé a reconnu que des discussions avaient eu lieu, il assure qu'aucune offre ne lui a été présentée par le directeur général Marc Bergevin.

Alexandre Geoffrion-McInnis LA PRESSE CANADIENNE

«C'était une fausse rumeur. D'après ce que mes agents m'ont dit, ils ont démontré de l'intérêt, mais n'ont jamais présenté d'offre, que ce soit un contrat à un volet ou à deux volets, donc c'est une fausse rumeur», a évoqué Duclair en conférence téléphonique, vendredi.

Après avoir étudié les offres de «quelques équipes», Duclair a accepté un contrat d'un an d'une valeur annuelle de 650 000 $ US des Blue Jackets de Columbus. Le Québécois a souligné que l'équipe de l'Ohio a présentement le vent dans les voiles, après avoir participé aux séries éliminatoires au cours des deux dernières saisons, et qu'en conséquence son offre était particulièrement attrayante.

«Il y avait de l'intérêt un peu partout, mais les négociations ont progressé très rapidement avec Columbus, a-t-il admis. Ils ont démontré de l'intérêt dès mercredi, et après avoir discuté avec mon agent nous avons déterminé qu'il s'agissait d'un bon fit pour moi. Si on regarde leur formation, c'est une jeune équipe très talentueuse qui est très bien dirigée. Et puis, j'ai fait mes devoirs; j'ai demandé à des gars ce qu'ils pensaient de l'organisation et je n'ai reçu que des commentaires positifs.»

À Columbus, Duclair retrouvera de nombreux visages familiers, dont l'attaquant Pierre-Luc Dubois ainsi que les défenseurs David Savard et Seth Jones. De plus, il semble que Duclair ait senti qu'il était désiré par la haute direction de l'équipe, ce qui a contribué à faire pencher la balance en leur faveur.

«Anthony est un jeune joueur talentueux, très rapide, qui a disputé plus de 200 matchs dans la LNH, et il était l'une des recrues les plus prometteuses du circuit il y a deux ans, a noté le directeur général Jarmo Kekalainen. Il veut s'améliorer en tant que joueur et nous croyons qu'il aura l'opportunité d'avoir un impact au sein de notre formation.»

«Tortorella, le bon entraîneur pour moi»

La saison dernière, Duclair a accumulé 11 buts, 12 aides et 14 minutes de pénalités en 56 matchs avec les Coyotes de l'Arizona et les Blackhawks de Chicago. Il était passé des Coyotes aux Blackhawks le 10 janvier en compagnie d'Adam Clendening en retour de Richard Panik et Laurent Dauphin.

Selon le hockeyeur originaire de Pointe-Claire, le fait que les Hawks ne lui aient pas présenté d'offre qualificative à l'aube du 1er juillet a eu l'effet d'une véritable gifle. Celle-ci pourrait toutefois lui avoir été bénéfique, a-t-il confié, puisqu'un contrat d'un an, au salaire minimum, le forcera à prouver sa véritable valeur.

«Ç'a été tout un wake-up call. J'ai été embarrassé par la façon dont les choses se sont terminées [à Chicago], et de toute évidence depuis ma saison recrue ma carrière s'est déroulée en dents de scie, a-t-il fait remarquer. En même temps, j'ai beaucoup appris à propos de moi et j'ai beaucoup grandi. Ce n'est pas l'idéal de devenir joueur autonome à 22 ans, mais je considère que j'ai une belle opportunité de relancer ma carrière ici, à Columbus.»

Depuis sa saison recrue en 2015-16, au cours de laquelle le Québécois a établi des sommets personnels avec 20 buts et 24 mentions d'aide, en plus d'avoir écopé 49 minutes de pénalités et d'avoir affiché un différentiel de plus-12 en 81 rencontres avec les Coyotes, sa production a décliné de façon significative. Et Duclair en est bien conscient.

«Je veux jouer comme j'ai été capable de le faire à ma première saison. Les deux dernières années n'ont pas vraiment été favorables, mais en même temps, je crois que John Tortorella est le bon entraîneur pour moi. Vous savez, je n'ai que 22 ans, et je pense que j'ai encore une longue carrière devant moi», a-t-il ajouté.

Jusqu'ici, Duclair a récolté 37 buts et 52 aides, en plus d'afficher un ratio défensif de plus-4, en 213 matchs dans la LNH avec les Rangers de New York, les Coyotes et les Blackhawks. Le hockeyeur de cinq pieds, 11 pouces et 191 livres a été sélectionné par les Rangers au troisième tour du repêchage de 2013, 80e au total.