Dans une tournée d'entrevues à RDS et à TSN, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a confirmé qu'Alex Galchenyuk amorcerait le camp préparatoire au centre, sa position naturelle.

Mis à jour le 17 sept. 2014
Guillaume Lefrançois LA PRESSE

«On veut voir où il en est», a expliqué Bergevin au collègue Bob McKenzie.

La nouvelle est surprenante sans l'être. Elle l'est quand on se rappelle que les trois premiers postes de centre semblent destinés à Tomas Plekanec, David Desharnais et Lars Eller. Mais elle ne l'est pas quand on se rappelle qu'il s'agit d'une expérience.

À la base, rien n'empêche le Canadien de simplement évaluer son premier choix en 2012 avant de le ramener à l'aile. D'une part, le CH disputera sept matchs préparatoires en 12 jours. Il serait donc très surprenant que les quatre joueurs soient en uniforme dans le même match.

D'autre part, en cas de blessure, le CH se retrouverait en situation périlleuse, puisque les Brendan Gallagher, Rene Bourque et autres Max Pacioretty n'ont pas joué au centre depuis Mathusalem. Et Manny Malhotra n'a plus le talent offensif pour se hisser dans un troisième trio.

Plekanec en trop?

Mais si l'expérience est concluante, si on juge que Galchenyuk demeure aussi créatif tout en étant efficace défensivement, la situation deviendra intrigante, en particulier pour Plekanec.

Le Canadien vient d'accorder un contrat de quatre ans à Eller, capable de s'acquitter de tâches défensives tout en contribuant à l'attaque. Malhotra peut appuyer Eller, prendre les mises au jeu importantes en zone défensive et évoluer en désavantage numérique, ce qu'il a fait toute sa carrière.

Dans ce contexte, avec un contrat valide pour encore deux ans, Plekanec pourrait servir de monnaie d'échange. En donnant un rôle accru de Galchenyuk, Bergevin appuierait une fois de plus son désir de faire plus de place à une nouvelle génération de meneurs. Et il se soulagerait de cinq millions de dollars sous le plafond salarial.

L'autre option pour la direction serait donc de garder Plekanec et de laisser Galchenyuk au centre. Il faudrait alors muter Desharnais ou Eller à l'aile, là aussi, un scénario qui n'est pas idéal pour deux joueurs bien plus à l'aise au centre.

«J'aime mieux avoir plus de centres, c'est plus facile à gérer que pas assez de centres», a dit Bergevin sur le plateau de L'antichambre.

Ce pourrait bien être aussi le résultat final de cet exercice à court terme. Mais tôt ou tard, avec Galchenyuk et Gallagher qui recevront des augmentations salariales l'an prochain, Plekanec et son contrat pourraient finir par être de trop.