Source ID:534326; App Source:cedromItem

Martin St-Louis, l'inspiration des Rangers

En deuil de sa mère, Martin St-Louis a... (Photo Andy Marlin, USA Today)

Agrandir

En deuil de sa mère, Martin St-Louis a inscrit un but lors du sixième match de la série opposant les Rangers de New York aux Penguins de Pittsburgh.

Photo Andy Marlin, USA Today

Les joueurs des Rangers de New York avaient déjà le moral un peu dans les talons à bord de l'avion qui les ramenait à Pittsburgh, cet après-midi-là.

La veille, ils avaient perdu un autre match et tiraient de l'arrière 3-1 dans cette série contre les Penguins.

Quand les roues de l'appareil ont touché le sol, les joueurs, machinalement, comme à chaque atterrissage, ont ouvert leur téléphone cellulaire pour prendre leurs messages.

C'est à ce moment précis que Martin St-Louis a appris la tragique nouvelle: sa mère, France, âgée de 63 ans, venait de mourir de façon inattendue.

Il est dans un état de choc; ses coéquipiers aussi. «C'était très, très émotif dans l'avion, confiait son coéquipier Derick Brassard, hier, au bout du fil. On n'aime pas voir un coéquipier, un ami, dans cet état-là. Ç'a été un moment difficile pour tout le monde. Les Rangers ont tout de suite pris des arrangements pour qu'il rentre directement à Montréal. On voulait tous partir avec lui...»

Après une nuit à l'hôtel, le déjeuner, Brassard se préparait pour l'entraînement matinal du club en prévision de la rencontre en soirée, sans son grand leader, quand un coéquipier lui a appris que St-Louis était déjà en route vers Pittsburgh pour disputer le match et ainsi honorer la mémoire de sa mère.

Ce soir-là, Brassard a obtenu deux buts, une aide, distribué six mises en échec, et les Rangers l'ont emporté 5-1. Ils allaient remporter les deux matchs suivants, éliminer les Penguins de Pittsburgh, et les voilà à la porte du Centre Bell.

«Il est notre grande inspiration, dit Brassard. On a tous été blessés par cette histoire. Il n'était pas ici depuis longtemps, mais on a vite appris à le connaître et à l'apprécier.»

Les funérailles de la mère de Martin St-Louis se dérouleront dimanche à Laval et tous ses coéquipiers seront présents.

Une expérience inoubliable

Après avoir éliminé Sidney Crosby, Evgeni Malkin et compagnie, Brassard, St-Louis et les Rangers tenteront de jeter une douche froide sur le Centre Bell demain.

«J'ai eu beaucoup de difficulté à m'endormir mercredi soir après le match des Canadiens, dit Brassard. Je suis vraiment excité. C'est drôle parce que dans l'avion, après le septième match à Pittsburgh, Martin (St-Louis) m'a dit que si les Canadiens éliminaient les Bruins, j'allais vivre l'une des expériences les plus inoubliables de ma carrière. J'ai hâte de vivre le Centre Bell en séries, l'énergie, la foule...»

Brassard, qui a été échangé aux Rangers de New York en avril 2013 avec John Moore et Derek Dorsett en retour de Marian Gaborik, joue un rôle important dans les succès des Rangers ce printemps.

Il a obtenu 7 points en 14 matchs et forme un solide troisième trio offensif avec Benoit Pouliot et Carl Hagelin. Ce troisième trio compense la léthargie du premier trio formé par Rick Nash, Derek Stepan et Chris Kreider.

«Le fait de bien s'entendre à l'extérieur de la glace aide, dit Brassard. On a trois bons trios offensifs et un très bon trio défensif qui contribue aussi à l'attaque. Ben (Pouliot) est très énergique en échec avant et il possède tout un tir. Il a trouvé sa niche avec nous. On ne se met pas de pression, on ne se fait jamais de reproches et on n'est pas égoïstes. On pense à l'équipe avant de penser à nous.»

Brassard a répondu à La Presse en avant-midi, mais son téléphone cellulaire n'est pas ouvert très souvent.

«J'ai beaucoup de messages, mais je tente d'éliminer les distractions. J'ai beaucoup de demandes de billets, mais je vais les réserver à la famille. Je vais répondre à tout le monde après la série. Je n'écris rien non plus sur les médias sociaux comme Twitter.»

Brassard et ses coéquipiers savent qu'ils affronteront un gardien au sommet de sa forme, Carey Price, comme le leur, Henrik Lundqvist.

«Ils sont probablement parmi les trois meilleurs au monde en ce moment. Il faudra aller devant lui pour lui obstruer la vue et le faire déplacer d'un côté à l'autre.»

Les Rangers devront aussi affronter... Ginette Reno! «Je sais que c'est une grande chanteuse québécoise, et Martin aussi sûrement la connaît bien, mais on était concentré sur notre série et j'ai appris lors du sixième match des Canadiens seulement qu'elle chantait les hymnes nationaux au Centre Bell. J'ai vraiment hâte d'être à Montréal. En jouant aussi longtemps pour une équipe de l'Ouest à Columbus, je n'ai joué que quatre ou cinq fois en carrière au Centre Bell...»




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Les Rangers, à l'image du CH

    Hockey

    Les Rangers, à l'image du CH

    Les maillots de la victoire n'étaient même pas encore secs dans le vestiaire des visiteurs à Boston, mercredi soir, que déjà, les joueurs du Canadien... »

  • Henrik Lundqvist allergique au Centre Bell

    Hockey

    Henrik Lundqvist allergique au Centre Bell

    Ils en ont fait un DVD commémoratif tellement le moment était grandiose. On y voit le Canadien, un soir de février 2008, effacer un déficit de 5-0... »

  • Philippe Cantin | Dix mots et une prédiction

    Philippe Cantin

    Dix mots et une prédiction

    Voici, en dix mots, mon retour sur la série Bruins-Canadien. Avec, en prime, une prédiction! »

  • Série Rangers-Canadien: à qui l'avantage?

    Hockey

    Série Rangers-Canadien: à qui l'avantage?

    Le Canadien de Montréal affrontera en finale de l'Est une équipe contre laquelle il est très à l'aise. Les Rangers ont remporté un seul match à leurs... »

Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer