C'est parce qu'il souffrait d'une blessure à la cheville droite que Maxim Lapierre a connu une saison 2009-2010 décevante... et qu'il doit aujourd'hui se contenter d'un nouveau contrat d'une seule saison avec le Canadien.

Richard Labbé LA PRESSE

C'est du moins l'avis du principal intéressé, qui a confirmé, hier au Centre Bell, la nouvelle parue en exclusivité dans La Presse : lui et le Canadien en sont venus à une entente pour 2010-2011. L'attaquant de 25 ans touchera donc 900 000 $ la saison prochaine, une augmentation de 100 000 $ par rapport à son précédent contrat. C'est aussi 60 000 $ de plus que le salaire minimum auquel il avait droit.

Ce contrat d'une seule saison signifie que Lapierre devra négocier une nouvelle entente comme joueur autonome avec compensation dans un an; il ne pourra profiter de sa pleine autonomie qu'au terme de la saison 2011-2012.

Lors d'une rencontre avec les médias hier après-midi, Lapierre n'a pas caché qu'il aurait aimé obtenir une entente à long terme. Mais il n'a pas caché non plus que ses chiffres décevants de la saison dernière avaient nui à sa cause.

«C'est sûr que j'aurais aimé un plus long contrat, mais au bout du compte, je suis très satisfait, a-t-il

commenté. La dernière saison a été moins bonne pour moi côté statistiques. Ce n'était pas les meilleures conditions pour obtenir un contrat à long terme.»

Selon Lapierre, c'est une opération à la cheville droite, subie il y a un an, qui a un peu gâché sa saison.

«On m'avait dit que j'allais en avoir pour une année à m'en remettre, et c'est exactement ça qui est arrivé. Je ne pouvais pas jouer à ma façon, et ç'a affecté ma confiance. J'ai commencé à me sentir bien seulement en fin de saison. Il y a deux ans, et lors des dernières séries, vous avez vu le vrai Maxim Lapierre. Vous allez le revoir la saison prochaine.»

Malgré tout, le patineur montréalais affirme qu'il n'a jamais songé à prendre congé la saison dernière en raison de cette douleur persistante à la cheville droite.

«Je ne pense pas que je nuisais à l'équipe. Je comprenais quand même mon rôle, mais je savais aussi que je ne pouvais pas en donner plus. C'est pas compliqué, je suis là pour donner des mises en échec, pour être une présence physique sur la glace, et je suis aussi capable de marquer des buts importants. Mais quand je voulais donner une mise en échec (la saison dernière), souvent, le gars me voyait arriver. Et je ne pouvais pas m'ajuster à cause de la cheville.»

Lapierre assure que cette blessure à la cheville est maintenant chose du passé. Il a d'ailleurs repris l'entraînement en vue de la prochaine saison, et il jure qu'il sera fin prêt lorsque viendra le temps de se rapporter à l'équipe pour l'ouverture du camp d'entraînement, le 17 septembre. «Je sais que la saison qui s'en vient sera importante pour moi. Dans cette équipe, tout le monde veut poursuivre ce qu'on a commencé au printemps dernier, lors des séries. Je suis remis à 100% de mon opération, alors je suis confiant. Ça devrait bien aller. Je suis capable de jouer au centre, je suis capable de jouer à l'aile droite. J'ai deux bonnes cartes dans mon jeu.»