Les belles séries éliminatoires de Jaroslav Halak avec le Canadien n'auront pas convaincu Pierre Gauthier de faire de lui son homme de confiance devant le filet.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

Hier après-midi, le DG a échangé le Slovaque de 25 ans aux Blues de St.Louis en retour des jeunes attaquants Lars Eller et Ian Schultz (voir autres textes en pages 2 et 3).

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet

Gauthier a dit avoir envisagé la possibilité de maintenir le statu quo chez ses gardiens en vue de la saison prochaine. Mais son premier choix était de procéder à une transaction afin d'améliorer son équipe.

«Nous avons pris une décision bien pensée, a expliqué Gauthier lors d'un conférence téléphonique.

«Dans notre évaluation interne ainsi que dans nos projections autant à court qu'à long terme, nous avons décidé d'y aller avec Carey Price. Même s'il n'a que 22 ans, il a déjà un bon bagage d'expérience et nous savons qu'il va devenir un bon gardien dans cette ligue.»

À mots couverts, autant Halak que Price avaient convenu au lendemain de l'élimination du Canadien que le statu quo était impensable.

Il faut en outre noter que Halak, joueur autonome avec compensation, était admissible à l'arbitrage. Il était en position de demander une forte augmentation de salaire.

«Cela a fait partie de la décision», a admis Gauthier tout en ajoutant que le nouveau statut de Price ainsi que la venue de Lars Eller n'affectaient en rien les négociations avec Tomas Plekanec, qui pourrait devenir joueur autonome le 1er juillet.



Écrit dans le ciel

Les relations entre le Canadien et le clan Halak auront été froides jusqu'à la toute fin.

Pierre Gauthier a eu beau parler du Slovaque comme d'un «joueur d'équipe» et d'un «bon citoyen», les rapports qu'il a entretenus avec son agent Allan Walsh en disaient long sur le chemin qu'il comptait prendre avec Halak.

Walsh a souvent reproché au Canadien de ne pas donner de véritable chance à son client. Hier, il a déploré auprès de certains collègues le fait qu'il n'ait pas reçu d'appel du Canadien depuis la fin de la saison.

«On avait une bonne idée de ce qu'un joueur dans la situation de Halak pouvait coûter - du moins à court terme - et nous n'avions pas besoin de parler à son agent pour en discuter», a justifié Gauthier.

Malgré ses performances en séries, c'était donc écrit dans le ciel que Halak serait le gardien sacrifié cet été.

Mais en dépit de la sympathie du public de Montréal à son endroit, n'allez pas croire qu'il est fâché de quitter le Canadien.

«Évidemment, j'ai été surpris d'apprendre la nouvelle, mais je suis très content de faire partie de cette nouvelle équipe et d'obtenir un nouveau départ», a d'ailleurs confié Halak au site internet des Blues.



Photo: AFP

L'attaquant Lars Eller a été un choix de première ronde des Blues en 2007 (13e au total).

Pour l'avenir et pour les sous

On est en droit de se demander si cet échange est le réel reflet de la valeur de Halak ou le résultat du grand nombre de gardiens disponibles sur le marché à quelques semaines du 1er juillet.

«La majorité des équipes comptent déjà sur un gardien établi, a convenu Gauthier à ce sujet. Or, le processus qui a mené à cette transaction est en quelque sorte la suite des discussions qui avaient eu lieu à la date limite des transactions.

«Les équipes intéressées avaient convenu de se manifester après la saison. Et certaines se sont montrées plus agressives que d'autres.»

Selon TSN, le Lightning de Tampa Bay, les Sharks de San Jose et les Flyers de Philadelphie auraient également manifesté de l'intérêt envers Halak.

Mais au bout du compte, Gauthier a préféré l'offre des Blues.

«On doit regarder quels joueurs peuvent nous aider maintenant, mais surtout à quel point ils deviendront bons dans le futur, a plaidé Gauthier.

«Avec le plafond salarial, les vétérans accaparent tellement d'argent que c'est important d'avoir de bons jeunes joueurs qui seront avec nous pour longtemps...et qui ne coûtent pas trop cher!»

Jugeant que Carey Price peut assumer une plus grosse charge de travail, le DG compte désormais lui dénicher un adjoint sur le marché des joueurs autonomes.

«Nous avons une bonne idée de ceux qui seront disponibles», a-t-il dit.

Les noms des vétérans Marty Turco, Chris Mason, Dan Ellis, Michael Leighton et bien sûr Martin Biron viennent en tête.     

Photo: PC

Ian Schultz