Ça criait fort au Centre Bell. Mais pour la première fois depuis bien longtemps, ce ne sont pas des huées et des appels implorant le retour de Guy Carbonneau derrière le banc qui résonnaient, mais bien les olé ! olé ! olé hurlés par des partisans en mal de victoires.Oui, le Canadien a gagné.

François Gagnon LA PRESSE

Consultez le sommaire de la rencontre

Il l'a emporté facilement, 6-3, aux dépens des Thrashers d'Atlanta et du gardien Kari Lehtonen, qui a accordé six buts sur les 15 premiers tirs du Canadien.

Des Thrashers dépassés par l'efficacité du trio de Saku Koivu, Alex Kovalev et Alex Tanguay, qui a permis au Tricolore de connaître sa première soirée de six buts depuis le 8 janvier.

Réunis pour la première fois cette saison, ces trois joueurs ont totalisé 11 points. Ils ont d'ailleurs hérité des trois étoiles.

«Nous ne pouvions attendre plus longtemps. Il fallait gagner», a lancé Koivu.

Le capitaine avait grandement raison.

Car cette victoire, la deuxième de Bob Gainey depuis qu'il a congédié Guy Carbonneau, a mis un terme à une séquence de cinq revers de suite.

Ce triomphe, qui ravive les espoirs reliés à une participation aux séries éliminatoires, permet au Canadien de s'éloigner de deux points des Panthers de la Floride, au huitième rang dans l'Association Est.

C'est toutefois le seul gain effectué, mardi.

En remportant une victoire de 2-1 aux dépens du Wild du Minnesota, les Rangers de New York ont maintenu leur avance de trois points devant le Canadien au septième rang qu'ils partagent maintenant avec Pittsburgh.

Grande soirée pour Tanguay

Fort d'une soirée de deux buts et trois aides, Tanguay a connu la troisième soirée de cinq points de sa carrière.

«Avec la talent à notre disposition, il n'y a aucune raison pour qu'on ne connaissance pas de succès si on fournit l'effort nécessaire», a lancé Tanguay, soulagé après la rencontre.

«Nos séries sont commencées. Les gars étaient fébriles dans le vestiaire avant le match. On sentait l'importance de cette rencontre», a ajouté l'attaquant Québécois qui a préféré effectuer une passe en fin de match au lieu d'y aller pour son troisième tour du chapeau en carrière.

«La rondelle était sautillante. Peut-être que j'aurais dû tirer, mais Saku était libre. Une passe aurait été aussi bonne qu'un but. Mais le plus important, ce sont les deux points», a conclu la première étoile de la rencontre.

Éveil de l'attaquant à cinq

Si le trio de Koivu a assommé les Thrashers, il a aussi contribué à l'éveil de l'attaque à cinq.

Blanchie en sept occasions à ses deux derniers matchs et limitée à trois bien petits buts en 37 occasions à ses neuf dernières rencontres, l'attaque massive du Tricolore a fait mouche à trois reprises en trois occasions en deuxième période.

Kovalev, deux fois, et Tanguay ont marqué ces trois buts. Tanguay a ajouté deux passes, tout comme Koivu et Andrei Markov.

«Nous nous sommes parlé avant le match. Le plan était simple. Bien s'appuyer en zone offensive, être toujours en mouvement, laisser Alex jouer avec la rondelle et se rendre au filet», a expliqué Tanguay avec un sourire de satisfaction

Le Québécois a lancé le Canadien en avant en début de match. Pour y arriver, il a sorti l'ancien défenseur du Tricolore, Ron Hainsey, de ses patins avec une feinte magistrale.

Les Thrashers ont profité d'une mauvaise couverture défensive de Guillaume Latendresse pour niveler les chances.

Ce but a ralenti les ardeurs du Canadien et a aiguisé l'impatience des partisans qui maugréaient après un premier tiers qui s'est soldé 1-1.

Glen Metropolit a donné les devants au tout début de la deuxième. Une largesse de Carey Price a permis à Ilya Kovalchuk de créer à nouveau l'égalité. C'était son 38e de la saison.

Kari Lehtonen a envoyé la rondelle dans les estrades pour ouvrir la porte à l'éveil de l'attaque à cinq. C'est Kovalev qui en a profité. Bryan Little, puni pour bâton élevé et pour conduite anti sportive sur la même séquence, purgeait ses quatre minutes lorsque Tanguay et encore Kovalev ont mis le match hors de portée.

Zach Bogosian et Koivu ont marqué des buts sans conséquence en troisième.