Demeuré loin des journalistes en début de semaine et foudroyé ensuite par un virus, Alex Kovalev n'avait pas encore commenté le départ de Guy Carbonneau congédié lundi dernier. Il l'a fait lundi.

François Gagnon LA PRESSE

«Vous croyez qu'il est vraiment nécessaire de revenir sur ce sujet?» a-t-il dit lorsqu'il a essuyé la première question reliée à Carbonneau.

«Comme tous mes coéquipiers, j'ai été surpris par cette décision et par le moment choisi au cours de la saison. Mais ce sont des choses qui arrivent. Les gens viennent et repartent dans le hockey», s'est contenté de souligner Kovalev.

Parlant de Carbonneau, la direction de l'équipe n'a pas encore confirmé la nouvelle, mais l'ancien entraîneur-chef devrait rencontrer la presse mercredi pour faire le point sur son congédiement.

* * *

Retour aux jeux de base

Bob Gainey a dirigé son premier exercice soutenu depuis qu'il a pris la relève de Guy Carbonneau. Les deux sessions de 30 minutes entrecoupées par le passage de la resurfaceuse ont permis aux joueurs de revenir aux jeux de base. Ils ont multiplié les confrontations dans les coins de patinoire pour améliorer le contrôle de la rondelle en zone offensive et l'efficacité des sorties de la zone défensive.

«C'est bien parfois de retourner aux choses simples. Bob nous répète depuis la semaine dernière de ne pas se casser la tête avec des jeux compliqués et de faire des choses simples sur la patinoire tout en les faisant bien», a indiqué Christopher Higgins...

* * *

Entraînement de fin d'après-midi

Bob Gainey n'avait pas de plan arrêté quand il a décidé de placer l'entraînement de lundi à 16h. «Je suis revenu à Montréal à midi seulement aujourd'hui (lundi) et je n'étais donc pas disponible avant. On s'entraînera en fin d'après-midi mercredi aussi parce que nous ferons ensuite le voyage en autobus vers Ottawa. Je ne sais pas si nous en prendrons l'habitude et je ne suis pas convaincu des vertus physiologiques des exercices en fin de journée», a expliqué Gainey lorsqu'on lui a indiqué que plusieurs spécialistes soutenaient qu'il était préférable de tenir des exercices aux mêmes heures que les épreuves sportives.

* * *

C'est bien meilleur le matin

Du côté des joueurs, on ne rouspétait pas trop quant à l'heure tardive fixée lundi. Mais comme plusieurs de leurs coéquipiers, Mike Komisarek et Josh Gorges ont convenu préférer les exercices matinaux.

«Ça nous laisse plus de temps pour faire autre chose l'après-midi. Cela dit, je ne suis pas marié et je n'ai pas d'enfants. Alors l'heure fixée fera toujours mon affaire, a indiqué Gorges. C'était bien de faire le vide hier et aujourd'hui et de refaire le plein d'énergie. Mais les exercices tardifs comme celui d'aujourd'hui se rapprochent trop à mon goût de l'entraînement matinal de demain (mardi).»

* * *

Soyons positifs

Malgré le fait que son équipe ait été déclassée samedi, Bob Gainey assurait encore lundi avoir trouvé des sources de réconfort dans certains aspects du jeu.

«J'ai aimé les occasions obtenues par le trio de Plekanec et les petites améliorations relevées dans l'ensemble de notre jeu. Car une petite amélioration demeure une amélioration quand même...»

* * *

Komisarek assume ses responsabilités

Bien qu'il connaisse des difficultés avec et sans la rondelle, bien qu'il soit moins percutant dans ses mises en échec et dans la protection de ses gardiens et que l'ensemble de son jeu ait connu une baisse marquée d'efficacité, Mike Komisarek assure qu'il n'est pas blessé.

«Nous composons tous avec des petits bobos et je ne suis certainement pas le genre de gars à chercher des excuses. Je suis conscient que je ne joue pas à la hauteur des attentes, mais c'est plus mental que physique. Je dois me faire confiance et surtout retrouver ma confiance et suivre les conseils de Bob, qui me demande de revenir aux choses simples», a indiqué Komisarek.

Blessé sérieusement à l'épaule à la suite d'une altercation avec Milan Lucic, le 13 novembre à Boston, Komisarek a raté 17 matchs. Il disputera, mardi soir, une 40e rencontre depuis son retour au jeu.