Bob Gainey et le Canadien sont très préoccupés par les révélations de La Presse publiées ce matin, à l'effet que les frères Andrei et Sergei Kostitsyn de même que Roman Hamrlik avaient des liens étroits avec un membre du crime organisé montréalais.

Mis à jour le 20 févr. 2009
François Gagnon LA PRESSE

Gainey a regroupé les membres de l'équipe plus tôt aujourd'hui pour les mettre en garde face à ce genre de situation.

«Les comportements décrits aujourd'hui ne seront jamais tolérés au sein de notre organisation. Il y a des gens de bonne volonté et d'autres personnes qui ne sont pas de bonnes personnes qui tentent de s'approcher de nos joueurs et de l'organisation. Nous en repoussons tous les jours, mais dans ce cas-ci, je n'étais pas au courant de ces liens», a indiqué le directeur général.

«Nos joueurs doivent faire des choix plus éclairés en ce qui a trait à leurs fréquentations. Il y a déjà assez d'ennuis avec lesquels nous devons composer, des blessures, des suspensions, des baisses de régime, que nous devons nous assurer de maintenir un bon contrôle sur les autres aspects de nos comportements», a ajouté Gainey.

«Ce que j'entends ne représente rien de bon pour notre organisation», a aussi reconnu Gainey qui ne considère toutefois pas avoir à faire un ménage pour «nettoyer» son vestiaire de joueurs qui auraient des comportements inadéquats et des fréquentations douteuses.

«Je ne suis pas naïf et j'ai déjà été joueur, même si cela fait longtemps. Mais en même temps, un joueur doit comprendre que le manque de sérieux est synonyme d'abandon de sa personne et de ses coéquipiers. Nous formons la même équipe qu'il y a six semaines, alors que les choses allaient bien pour nous. La même formation qui a remporté huit de ses 10 premiers matchs. C'est donc aux joueurs de trouver les réserves et la concentration nécessaires pour donner leur maximum sur la patinoire et gagner des matchs.»

Parallèlement à sa mise au point dans le dossier de liens entre ses joueurs et des personnes douteuses, Bob Gainey a expliqué que la pause proposée à Alex Kovalev avait été salutaire.

«Il est de retour avec notre équipe. Alex avait des visions différentes de son rôle et de sa façon d'aider l'équipe que celles de nos entraineurs et moi-même. Nous avons eu des discussions et avons trouvé un terrain d'entente», a indiqué Gainey qui n'a rien promis quant à l'avenir d'Alex Kovalev à Montréal.

«Alex n'a pas demandé à être échangé. Au contraire, il veut rester avec nous. Notre entraîneur prendra la décision à savoir s'il jouera ou non demain (samedi, 15h contre les Sénateurs d'Ottawa au Centre Bell). Il nous restera encore quelques matchs avant la date limite des transactions. D'ici là, je vais jongler avec les décisions à prendre, pas seulement dans le cas d'Alex, mais aussi dans celui de tous les autres joueurs qui peuvent être échangés, afin de faire ce qui serait le mieux pour l'équipe.»

Est-ce qu'une transaction chassant Kovalev aiderait la cause de l'équipe?

«Alex demeure un excellent joueur. Un joueur qui voulait tout faire seul et en faire plus au lieu d'écouter les entraîneurs qui lui demandaient d'en faire moins pour mieux réussir. En redevenant le joueur qu'on attend de lui, il nous permettrait d'effectuer une amélioration équivalente à celle d'une bonne transaction.»