(Orlando) Pour son retour à la compétition après un terrible accident de voiture en février dernier, Tiger Woods est passé tout proche de la victoire dimanche, au tournoi père-fils PNC Championship, qui se joue au Ritz Carlton Golf Course d’Orlando (Floride).

Mis à jour le 19 déc. 2021
Agence France-Presse

Woods a enchaîné 11 birdies consécutifs avec son fils Charlie, 12 ans, pour réaliser une carte de 57, soit 15 sous le par, et terminer le tournoi avec un score de 25 sous le par.

Cependant, le duo Woods n’a pas réussi à conclure avec un 12e birdie sur le 18e trou (par 5), se contentant du par et manquant l’occasion de mettre la pression sur John Daly, qui jouait avec son fils John Daly II, finalement vainqueurs du tournoi avec 27 sous le par.

Woods, qui a failli être amputé de sa jambe droite après son accident de voiture à Los Angeles il y a dix mois, s’est dit reconnaissant de jouer à nouveau.

« Je suis simplement heureux et reconnaissant d’être capable de faire cela », a-t-il déclaré à la chaîne de télé NBC. « J’ai toujours ma propre jambe, ce qui était incertain pendant quelques temps, et elle fonctionne. Je suis juste très fatigué, je ne suis pas habitué à cela. »

« Je pense que ce n’est peut-être que mon quatrième ou cinquième tour de golf cette année. Je suis un peu épuisé. C’était bien d’avoir une voiturette », a-t-il ajouté.

Woods a déclaré que lui et son fils s’étaient fixés comme objectif avant le tournoi de jouer deux tours sans bogey, ce qu’ils ont réussi.

« Nous avons senti que nous devions faire des birdies sur chaque trou du retour [les neuf derniers trous du parcours] pour avoir une chance. C’est devenu intéressant et un peu serré vers la fin, ce qui était amusant », a souligné Tiger Woods.

« Du travail devant moi »

Le golfeur aux 15 Majeurs a déclaré cette semaine qu’il avait encore « un long chemin à parcourir » avant d’être en mesure de revenir au golf de haut niveau, même de manière occasionnelle.

Le joueur de 45 ans n’est ainsi pas du même avis que son collègue golfeur Matt Kuchar, qui estime qu’à part son incapacité à marcher sur le parcours, il est prêt pour la compétition sur le PGA Tour.

« Non, non, non, non », a réagi Woods. « Je ne suis absolument pas d’accord. Je ne suis pas à ce niveau. Je ne peux pas rivaliser avec ces gars-là en ce moment, non. »

Mais cette semaine à Orlando a été une opportunité de jouer avec son fils Charlie pour la deuxième année consécutive.

« Il y a quelques semaines, nous ne savions pas vraiment si je ferais cela ou non, mais nous y sommes », a déclaré Woods. « Et nous avons passé le meilleur moment qui soit. »

« J’aurais aimé pouvoir marcher sur les fairways avec lui et être à côté de lui tout le temps comme l’année dernière. Mais j’ai fait ce que j’ai pu », a ajouté Woods, qui a déclaré que sa « fibre compétitive » ne disparaîtrait jamais, quelles que soient ses limites physiques.

« C’est mon environnement », a-t-il déclaré. « C’est ce que j’ai fait toute ma vie. »

Woods a indiqué que ces deux jours lui ont donné une meilleure idée de ce qu’il pouvait faire, mais il a noté qu’il n’avait pas joué beaucoup de draws et avait également trouvé beaucoup de ses coups trop courts. « J’ai du travail devant moi », a-t-il conclu.