Plusieurs Québécoises ont fait leur place sur la scène du golf international, mais peu d'entre elles ont obtenu des succès aussi rapidement que Céleste Dao.

Mis à jour le 23 août 2018
Michel Marois LA PRESSE

La joueuse de 17 ans, membre de la formation nationale de développement, a remporté récemment en Colombie-Britannique le Championnat canadien junior. Une victoire de plus à un palmarès déjà si bien garni qu'elle a obtenu un laissez-passer pour disputer l'Omnium canadien CP, cette semaine, au Club Wascana de Regina, en Saskatchewan.

«Cette victoire [aux nationaux] est très significative pour moi, car c'était l'un de mes buts avec les juniors, a-t-elle expliqué lundi en entrevue. Brooke [Henderson] a déjà accompli l'exploit et tant d'autres joueuses talentueuses l'ont fait aussi. C'était important pour moi de gagner et je l'ai fait, je suis tellement heureuse.»

L'athlète de L'Île-Perrot (sa famille et elle sont membres du club Summerlea) a la chance cette semaine de côtoyer Henderson et toutes les vedettes du circuit LPGA. « Je suis chanceuse d'avoir obtenu ce laissez-passer de Golf Canada. C'est une opportunité de voir des joueuses que j'admire, mais aussi de voir où en est mon jeu par rapport à celui des meilleures. »

Malgré ou peut-être en raison de son jeune âge, Dao montre cette saison une rare habileté à composer avec la pression. « J'ai été habituée cette année à être l'une des favorites et à jouer avec une certaine pression, explique-t-elle. Ça ne me dérange pas, car j'essaie toujours de me concentrer sur ma partie et sur ce que j'ai à faire sur le parcours.

«C'est ce que j'espère faire cette semaine. J'aimerais réussir à me qualifier [pour les rondes du week-end], mais je veux surtout réussir à jouer mon meilleur golf.»



Vite avec les meilleures

Initiée au golf à l'âge de 3 ans par son père Duc, Céleste a longtemps pratiqué plusieurs sports. «Nous ne voulions pas la restreindre à un sport, explique M. Dao. Elle a pu s'initier au tennis, au soccer, à la natation, où elle était très bonne aussi.

«Elle a commencé à gagner des tournois quand elle avait 8 ans, mais ce n'est qu'à 13 ans, quand elle a commencé à disputer des compétitions au niveau national, qu'elle s'est vraiment concentrée sur le golf. Pour nous, c'était une question de gros bon sens: ça ne valait pas la peine de risquer une blessure au soccer.»

M. Dao insiste aussi pour que sa fille et son fils Malik (champion aux Jeux du Québec récemment) aient d'autres intérêts que le sport. «Comme parents, nous sommes évidemment fiers d'eux, insiste-t-il. Mais nous sommes aussi chanceux d'avoir des enfants comme Céleste et Malik.»

«Cette année, elle doit faire des sacrifices pour jouer comme elle le fait au niveau élite, dans plusieurs pays, avec un horaire très chargé, mais elle garde toujours une excellente attitude. Pour nous, c'est un gros défi de maintenir un équilibre; on veut quand même qu'elle puisse voir ses amis, qu'elle vive sa vie d'adolescente.»

Dao apprécie néanmoins les bons côtés de sa jeune carrière de golfeuse et avoue garder de beaux souvenirs de ses voyages, au Japon notamment. Elle va d'ailleurs passer bientôt à une autre étape de son développement comme golfeuse et cela va impliquer d'autres déplacements.

La jeune femme a terminé le printemps dernier ses études secondaires au Québec, avec d'excellents résultats, et va maintenant se préparer à aller étudier aux États-Unis à compter de 2019.

«Céleste est numéro un junior au Canada et nous avons reçu des offres intéressantes de plusieurs programmes réputés des universités américaines, explique M. Dao. Après une année d'études préparatoires en Colombie-Britannique, elle va rejoindre l'un de ces programmes l'année prochaine.»

___________________________________________________________________

Photo John David Mercer, archives USA TODAY Sports

Céleste Dao a été initiée au golf à l'âge de 3 ans.

Objectif: top 100

Actuellement 112e et 136e sur la liste des boursières de la LPGA, les Québécoises Maude-Aimée Leblanc et Anne-Catherine Tanguay ont une occasion cette semaine, à l'Omnium canadien CP, de s'approcher du top 100 et d'une place assurée sur le circuit la saison prochaine. Relativement épargnée par les blessures cette saison, Leblanc a obtenu quelques bons résultats avec une 24e place au Championnat Volvik et surtout une 31e place au Championnat KPMG de la LPGA (un tournoi majeur). De son côté, la recrue Tanguay a connu un début de saison difficile (une qualification en dix tournois), mais elle a obtenu quatre qualifications dans ses cinq derniers tournois.

- - -

Henderson, comme Bourassa

Encore parmi les meilleures cette saison sur le circuit de la LPGA, avec une victoire et un sixième rang au classement des boursières, la Canadienne Brooke Henderson a néanmoins connu un été difficile en raison du décès de deux de ses grands-parents à quelques jours d'intervalle. La joueuse de 20 ans a assuré cette semaine en point de presse qu'elle composait mieux avec ces deuils et qu'elle pouvait maintenant se concentrer sur le golf dès qu'elle est sur un parcours. Elle a d'ailleurs joué sa meilleure ronde de la saison la semaine dernière, un 63, en route vers la septième place au Championnat Indy. Aucune Canadienne n'a remporté l'Omnium national depuis Jocelyne Bourassa, en 1973 au Club municipal de Montréal. En six participations (elle a joué la première fois à 14 ans), Henderson n'a pu faire mieux qu'une 12e place, l'an dernier. Cette semaine, la populaire golfeuse a assuré que son seul objectif était «de donner un bon spectacle»!

- - -

Park encore favorite

La championne en titre de l'Omnium canadien, Sung Hyun Park, a déjà remporté trois titres cette saison et elle vient d'accéder au premier rang du classement mondial. Elle sera donc la favorite parmi un groupe de golfeuses où on compte six autres joueuses du top 10 mondial: Ariya Jutanugarn, Lexi Thompson, Shanshan Feng, Minjee Lee, Georgia Hall et Jessica Korda. Il faudra aussi surveiller la triple championne de l'Omnium canadien, Lydia Ko, qui pourrait devenir la première à remporter le tournoi quatre fois. Elle partage présentement le record avec les Américaines Pat Bradley et Meg Mallon.