Le retour de Tiger Woods risque de prendre encore un peu de temps et continue de nourrir les spéculations, mais pour Tim Finchem, le patron du circuit américain de golf (USPGA), «que ce soit dans trois semaines ou dans trois mois, ce qui compte c'est qu'il revienne».

Mis à jour le 21 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Sorti de son silence pour une séance d'excuses publiques à sa famille et à ses fans vendredi en Floride au siège de l'USPGA Tour, le N.1 mondial de 34 ans est cependant resté flou sur la date de son retour à la compétition.

«J'ai l'intention de retourner au golf un jour. Je ne sais juste pas quel jour ce sera», a déclaré le champion, vainqueur de 14 tournois majeurs, sans écarter un retour «cette année».

«Nous voilà revenus à la case départ», a résumé son collègue britannique Nick Faldo, vainqueur de six tournois majeurs, sur la chaîne Golf Channel.

Depuis l'annonce par Woods, le 11 décembre sur son site internet, qu'il mettait sa carrière en suspens pour une «période indéterminée», les spéculations vont bon train sur la date exacte de son retour sur les greens et sur la façon dont il se comportera.

Une participation du champion au premier tournoi majeur de l'année, le Masters d'Augusta en avril, semble de plus en plus compromise, ainsi que sa venue à deux tournois en Floride en mars.

Vendredi, Woods a annoncé qu'il allait poursuivre la thérapie -une thérapie pour dépendance sexuelle, selon de nombreux médias- entamée après les révélations sur ses aventures extra-conjugales qui ont suivi son mystérieux accident de voiture fin novembre, et à laquelle il s'est déjà soumis pendant 45 jours.

«Je ne veux pas minimiser l'impact à long terme», a reconnu Tim Finchem, patron de l'US PGA Tour, interrogé sur les conséquences de l'absence de Woods sur le circuit américain.

Bonne nouvelle

«Mais la bonne nouvelle d'aujourd'hui, c'est, premièrement qu'il projette de revenir sur les greens, deuxièmement qu'il pourrait revenir dès cette année, et troisièmement, qu'il a clairement fait le premier pas sur le chemin du retour», a-t-il réagi après avoir assisté, avec une quarantaine d'autres invités triés sur le volet, aux excuses du champion à Ponte Vedra Beach.

Mais la salve d'excuses de Woods était également destinée à un public plus large: ses fans, ses collègues golfeurs, ses parraineurs et partenaires financiers, et tous ceux qui ont des intérêts dans l'avenir du golfeur milliardaire et dans la marque «Tiger Woods».

Les réactions de la presse et des fans, certains saluant son professionnalisme, d'autre raillant sa gravité inutile, sont un avant-goût des réactions auxquelles peut s'attendre Woods lorsqu'il reviendra sur les terrains.

Notah Begay, un autre golfeur du circuit PGA et ami de Woods depuis leurs années à l'université de Stanford, a annulé sa participation à un tournoi à Mexico pour assister aux excuses du champion. Il reconnaît avoir été ému de voir son ami «souffrir et prendre sur lui un incroyable fardeau de responsabilités».

Malgré l'importance de Woods pour le circuit américain, Finchem a dit espérer que le golfeur ne revienne sur les greens qu'une fois qu'il aurait résolu ses problèmes personnels.

«Nous le soutenons quelle que soit la date de son retour, que cela soit dans trois semaines ou dans trois mois», a-t-il expliqué.

«Ce qui compte c'est qu'il revienne, qu'il soit prêt à jouer, à reprendre sa carrière de manière positive et qu'il soit là pour un long moment», a-t-il conclu.