Deux mois après avoir dit qu’il se retirait afin de pouvoir passer plus de temps avec sa famille, Tom Brady a annoncé qu’il disputerait finalement une 23e saison dans la NFL en 2022, sa troisième dans l’uniforme des Buccaneers de Tampa Bay. Quelle surprise !

Mis à jour le 13 mars
Miguel Bujold
Miguel Bujold La Presse

Si ce n’est pas clair, oui, c’est de l’ironie.

Plus le temps passait, plus il devenait clair que Brady allait revenir au jeu, que ce soit cette année ou en 2023. « Il ne faut jamais dire jamais », avait-il d’ailleurs commenté quelques jours après l’annonce de sa retraite en février. Pas tout à fait le discours d’une personne convaincue de son choix.

C’est dimanche soir sur Twitter que le quart-arrière a confirmé qu’il ne prendrait pas d’année sabbatique.

« Au cours des deux derniers mois, j’ai réalisé que ma place est encore sur le terrain et non dans les gradins. Ce jour viendra, mais ce n’est pas maintenant. J’aime mes coéquipiers et j’aime ma famille qui continue de me soutenir. C’est grâce à elle si tout ça est possible. Je reviens pour ma 23e saison, à Tampa Bay. Il y a un travail inachevé », a commenté Brady.

Samedi, le quart-arrière de 44 ans a assisté à la victoire de 3-2 de Manchester United contre Tottenham Hotspur, en Angleterre. En discutant avec Ronaldo, qui a inscrit les trois buts de ManU soit dit en passant, après la partie, Brady a souri lorsque le meilleur buteur de l’histoire du ballon rond lui a demandé s’il était bel et bien à la retraite. Une réaction qui a été interprétée comme une autre preuve que Brady effectuerait un retour au jeu.

Manchester United appartient à la famille Glazer, qui est également propriétaire des Buccaneers. La présence de Brady à Manchester avait donc fait jaser. Certains observateurs ont cru que Brady avait tenté de convaincre les Glazer et les Buccaneers de le libérer afin qu’il puisse poursuivre sa carrière avec une autre équipe.

Selon certaines rumeurs qui ont circulé au cours des dernières semaines, Brady et le coordonnateur offensif des Bucs, Byron Leftwich, jugeaient que l’entraîneur-chef Bruce Arians s’immisçait un peu trop dans les plans de match offensifs du club la saison dernière. On a raconté que la relation entre Brady et Arians était houleuse.

Il reste une saison à écouler au contrat de Brady, et les Bucs tenaient manifestement à ce qu’il l’honore. Arians avait déjà indiqué que l’équipe ne libérerait pas Brady même s’il lui demandait de le faire. L’entraîneur-chef a même dit en blaguant (à moitié…) qu’une équipe désireuse d’obtenir l’illustre quart-arrière devrait accepter de se défaire de cinq choix de premier tour. Autrement dit, Brady allait jouer à Tampa Bay et nulle part ailleurs en 2022.

Travail inachevé

On ne saura probablement jamais si Brady voulait ultimement jouer pour une autre équipe en 2022 ou s’il a vraiment cru que le moment était venu d’accrocher ses crampons après l’élimination des Bucs face aux Rams de Los Angeles en janvier. Mais rappelons-nous qu’il a mené la NFL avec 5316 verges et 43 touchés par la passe la saison dernière. Sa décision était donc curieuse.

Brady voulait-il aller rejoindre son ancien coordonnateur offensif et ami Josh McDaniels à Las Vegas ? McDaniels est le nouvel entraîneur-chef des Raiders. Aurait-il plutôt souhaité porter les couleurs de l’équipe de son enfance, les 49ers de San Francisco ? A-t-il accepté de revenir à Tampa Bay en grande partie afin d’écouler la dernière année de son contrat et de pouvoir jouer là où il le voudra dans un an ?

Une chose est sûre, ça ne changera rien à la motivation de Brady en 2022. Elle sera optimale comme elle l’a toujours été. Cette soif de vaincre, ce feu sacré, appelez ça comme vous voulez, c’est précisément cet élément qui aura toujours été au cœur du succès inégalé de Brady. Ce sera la même chose la saison prochaine, peu importe s’il souhaite être avec les Buccaneers ou non dans son for intérieur.

D’ailleurs, Brady a précisé qu’il aimait ses coéquipiers dans son message de dimanche. Ne serait-ce que pour eux, il continuera de se « désâmer » pour gagner comme il l’a toujours fait.

Mais de dire que c’est un travail inachevé ? Brady a terminé son message avec ces deux mots (unfinished business, en anglais). Vraiment ? Après 22 saisons, 10 Super Bowls, dont 7 victoires, un livre des records réécrit en entier, ou presque, et ce n’est toujours pas assez ? Y aura-t-il une fin à cette histoire un jour ?

Le Gronk et les autres

On verra maintenant au cours des prochains jours si la décision de Brady convaincra certains joueurs autonomes des Buccaneers de rester à Tampa Bay. L’ailier rapproché Rob Gronkowski, le porteur de ballon Leonard Fournette, le centre Ryan Jensen, les demis défensifs Carlton Davis et Jordan Whitehead, ainsi que les joueurs de ligne défensive Jason Pierre-Paul et Ndamukong Suh pourraient tous officiellement devenir joueurs autonomes, mercredi à 16 h. On soupçonne que le Gronk voudra continuer de jouer avec son pote, mais les autres ? À suivre.

PHOTO KIM KLEMENT, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Rob Gronkowski

Brady est demeuré avec les Bucs ; Aaron Rodgers et les Packers de Green Bay ont choisi le statu quo, eux aussi ; Russell Wilson et Carson Wentz ont respectivement été échangés aux Broncos de Denver et aux Commanders de Washington ; le portrait se précise de jour en jour chez les quarts-arrière. Il reste toutefois quelques grosses pièces du casse-tête à tomber en place.

Les prochains quarts de qualité à changer d’adresse devraient être Deshaun Watson et Jimmy Garoppolo. Les Buccaneers semblaient d’ailleurs intéressés à obtenir Watson avant le retour de Brady.

Ne pas faire comme Favre

S’il croyait effectivement que le moment était venu de tirer sa révérence il y a quelques mois, espérons que le beau Tom prendra un peu plus de temps pour mûrir sa décision la prochaine fois. Ce serait un peu dommage qu’il fasse un Brett Favre de lui-même en prenant sa retraite trois fois plutôt qu’une. Ou était-ce quatre ?

Pendant que les deux Manning, Drew Brees, Ben Roethlisberger et Philip Rivers se la couleront douce après leur belle carrière, Brady, lui, tentera de rester au sommet au milieu de jeunes premiers comme Pat Mahomes, Joe Burrow, Josh Allen, Justin Herbert et Lamar Jackson, des joueurs qui apprenaient l’alphabet lorsque lui apprenait le livre de jeux des Patriots de la Nouvelle-Angleterre en 2000. À moins qu’il subisse une blessure sérieuse ou que son jeu périclite contre toute attente, Brady sera probablement de retour en 2023. Même chose pour 2024, et probablement en 2025, aussi. Increvable.