(Kansas City) Le seul match qui compte aux yeux des joueurs des Chiefs de Kansas City est le seul à être disputé en février.

Dave Skretta Associated Press

Mais ça ne veut pas dire qu’ils n’aiment pas gagner en septembre.

En fait, les doubles champions en titre de l’Association américaine n’ont pas perdu de match au cours du premier mois du calendrier régulier de la NFL depuis près de cinq ans. Cette séquence irrésistible remonte même avant l’arrivée en scène du quart étoile Patrick Mahomes, du coordonnateur défensif Steve Spagnuolo et d’une panoplie de joueurs qui espèrent mener les Chiefs à une troisième participation consécutive au Super Bowl.

« Depuis que je suis en poste, nous formons l’une des très bonnes équipes de football dès les premières semaines du calendrier, a noté Mahomes. Une défaite au mois de septembre peut te priver d’une participation aux éliminatoires, ou te placer dans une situation précaire si tu finis par y participer.

« Nous voulons donc nous assurer de jouer du très bon football dès le début du calendrier », a-t-il ajouté.

Les Browns de Cleveland, leurs premiers adversaires dimanche, pourraient freiner la séquence de succès des Chiefs en septembre. Ils ont perdu 16 matchs d’ouverture consécutifs — un record dans la NFL — et présentent une fiche de 1-20 au cours de la première semaine d’activités depuis leur retour à Cleveland avant la saison 1999.

Et les Chiefs ont souvent signé des victoires à sens unique, dans ces circonstances.

Des 14 dernières victoires signées en septembre, seules cinq ont été tranchées par moins d’un touché d’écart. Et leur domination au début de l’automne n’est pas attribuable à l’avantage du terrain — neuf de leurs victoires ont été enregistrées à l’extérieur de l’Arrowhead Stadium.

« Nous mettons simplement l’emphase sur l’importance de commencer la saison en force, a réitéré Mahomes. Notre camp d’entraînement est très exigeant, comme tout le monde le sait. Nous donnons notre pleine mesure chaque jour à l’entraînement, et je crois que c’est ce qui nous permet de connaître du succès rapidement en saison régulière. »

La raison pour laquelle les Chiefs sont si dominants avant que les feuilles soient toutes tombées des arbres est simple : ils sont constants.

Cette heureuse séquence a commencé avec le quart Alex Smith, qui a rapidement cédé sa place à Mahomes, et son intelligence du jeu. Il s’est rapidement forgé une fiche de 10-0 avec 32 passes de touché et aucune interception en septembre. Évidemment, la présence de joueurs étoiles pour l’entourer tels que l’ailier espacé Tyreek Hill, l’ailier rapproché Travis Kelce et même du garde québécois Laurent Duvernay-Tardif ont contribué à ces succès au fil des ans.

PHOTO ED ZURGA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Laurent Duvernay-Tardif

L’effectif est quelque peu différent, mais il n’a jamais été chambardé — il n’y a que de légers ajustements d’une saison à l’autre. D’ailleurs, le personnel d’entraîneurs des Chiefs défie l’épreuve du temps lui aussi : ceux qui obtiennent des promotions ont souvent grandi au sein même de l’organisation.

Et les résultats ces dernières années sont là pour démontrer que la formule fonctionne.