(Montréal) Les Alouettes de Montréal ont identifié le problème des deux derniers matchs : la confiance. L’équipe doit maintenant en afficher une importante dose face au Rouge et Noir d’Ottawa, vendredi, si elle ne veut pas se retrouver avec une fiche de 1-3 avant sa deuxième pause du calendrier.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

« On manque un peu de confiance depuis le début de la saison et je l’ai dit aux joueurs, a admis l’entraîneur-chef Khari Jones après l’entraînement de mercredi. Je pense que s’il y a quelque chose de différent (par rapport à 2019), c’est ce manque de confiance. Il ne faut pas s’inquiéter des erreurs qui peuvent être commises et savoir qu’on peut surmonter tout et remporter des matchs. Une fois que nous retrouverons cela — et ça arrivera, car ils travaillent d’arrache-pied et c’est de cette façon qu’on retrouve la confiance —, je sais que ça reviendra. »

Jones n’est pas prêt à dire que ce souci soit lié aux attentes plus élevées envers l’équipe, mais il n’exclut pas que ça puisse expliquer en partie ce manque de confiance.

« Peut-être que c’est lié aux attentes plus élevées, mais ça pourrait être bien des choses. Peut-être que les gens croient que nous continuerons de surfer sur la vague de 2019, mais il s’agit d’une équipe et d’une année complètement différentes. Nos adversaires sont différents. C’est cette saison-ci que l’on joue. J’ai mes théories, mais au bout du compte, ce qu’il faut faire, c’est travailler et rebâtir notre confiance par le travail. Je le saurai quand nous serons revenus au même niveau. »

C’est particulièrement flagrant chez son quart-arrière Vernon Adams fils, qui n’est pas l’ombre de lui-même depuis le début de la saison.

« Je pense qu’il vient de connaître deux matchs difficiles, mais ça arrive à tout le monde, a dit Jones. Je lui ai dit que je voulais seulement qu’il joue avec confiance, qu’il joue en sachant qu’il est l’homme de la situation. Quand il jouera dans cet état d’esprit, je n’aurai plus aucun souci. Il a le talent, il n’y a aucun doute. Il doit seulement le projeter sur le terrain et s’amuser. Il y arrivera. »

« Peu importe le sport, si vous ne jouez pas avec confiance, je suis pas mal certain que les résultats ne seront pas ceux escomptés, a pour sa part indiqué le receveur Dante Absher, inséré à la place de Quan Bray comme partant contre le Rouge et Noir. Je pense que nos joueurs sont allés chercher une grosse dose de confiance cette semaine et que ce n’est plus un enjeu.

« Ç’a été une longue saison morte pour tout le monde. Personne n’a été en mesure de retrouver son rythme instantanément, a-t-il poursuivi. Je pense qu’aucune équipe n’a encore atteint sa vitesse de croisière. Nous avons des trucs sur lesquels travailler. Je crois que nous en avons réglé plusieurs cette semaine, et nous aurons un gros match vendredi. »

Le moment ne pourrait être mieux choisi pour que les Alouettes connaissent un gros match, elles qui auront ensuite leur deuxième semaine de congé de la saison 2021.

« C’est particulièrement important de ne pas connaître de longues léthargies dans une saison écourtée, a fait valoir le secondeur Tre Watson. Nous avons de grandes attentes envers nous-mêmes et chaque semaine, nous devons y répondre. Nous avons échoué au cours des deux dernières semaines. Nous le savons, et c’est à nous de corriger nos erreurs pour aller de l’avant. »

Si les Alouettes connaissent quelques ratés, on peut en dire autant du Rouge et Noir. Après une courte victoire surprise de 16-12 contre les Elks d’Edmonton en lever de rideau de la saison, l’équipe de Paul LaPolice vient de connaître deux sorties difficiles et son attaque n’a produit que 38 points en trois rencontres.

« Je ne vais pas remplacer 12 joueurs par 12 autres, a répondu l’entraîneur à un journaliste qui lui a demandé s’il était à bout de patience. À un certain moment, notre défense devra par contre prendre un ballon à l’attaque adverse. On ne peut pas passer deux matchs consécutifs sans revirement en notre faveur. Nos unités spéciales devront aussi en faire plus pour nous aider à marquer plus de points. C’est un sport d’équipe. Oui, nous devons nous améliorer sur certains aspects à l’attaque, mais nous devons assurément être meilleurs en défense et au sein des unités spéciales aussi. »

LaPolice, dont l’équipe a joué samedi dernier, n’a eu qu’une courte semaine pour tenter de peaufiner le jeu de ses protégés.

« Dans une semaine courte, nous tentons de limiter les répétitions afin d’économiser les jambes de nos joueurs. Le plus difficile, c’est de rattraper la journée perdue sans trop en faire afin que les gars soient en jambes lors du match. »

Le match, présenté à 19 h 30 vendredi à la Place TD, est d’autant plus important pour les deux équipes qu’il s’agit d’une rencontre contre un adversaire de leur division. Dans une saison de seulement 14 matchs, se retrouver à 2-2 au lieu de 1-3 pourrait faire une énorme différence dans la course aux éliminatoires.