Quan Bray est le premier à reconnaître qu’il l’a échappé belle.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Certains détails entourant son arrestation survenue à El Paso, au Texas, il y a un peu plus d’un an restent nébuleux, mais le receveur a évité la prison et pourra poursuivre sa carrière avec les Alouettes après avoir signé un contrat d’un an, qui a été annoncé lundi.

Rappelons que Bray et son ami Greg Robinson, qui avait été le deuxième joueur sélectionné lors du repêchage de la NFL en 2014, ont été arrêtés en février 2020 en possession de plus de 70 kilogrammes de marijuana. Or, Bray n’a eu qu’à payer une amende et le dossier est maintenant clos, selon le receveur.

« Je préfère ne pas trop entrer dans les détails, mais ce que je peux vous dire, c’est que j’ai appris de mon erreur. Il y a eu des conséquences, dont une amende. J’ai tourné la page sur cette situation », a dit Bray en entrevue avec La Presse, mardi.

« Les gens jugent souvent une situation avant d’en connaître tous les détails. Je n’avais aucun dossier criminel et je n’avais jamais eu de problème avec la loi avant cette histoire, et je pense que cela a été un facteur important dans l’équation. Je n’ai pas eu un grand rôle dans toute cette histoire », a précisé Bray.

Il reste que Bray aurait très bien pu passer des années derrière les barreaux. C’est d’ailleurs ce à quoi s’attendaient une grande majorité de gens, qui estimaient également que la carrière de Bray au football professionnel était chose du passé.

« J’ai vu toute ma vie défiler devant moi et je me suis en effet demandé ce qui m’attendait. J’étais surtout déçu de m’être retrouvé dans cette situation. »

J’ai hypothéqué tout ce que j’avais bâti avec cette mauvaise décision. J’étais donc plus déçu de moi-même qu’autre chose.

Quan Bray

Dans les jours qui ont suivi l’arrestation de Bray, Danny Maciocia avait prévenu les médias et les amateurs de ne pas sauter aux conclusions. Mais même le directeur général des Alouettes avait des doutes.

« On est toujours restés en contact avec lui, mais c’est sûr qu’on se posait des questions. Je doutais qu’il ait l’occasion de revenir avec notre équipe, mais au cours des derniers mois, on en a appris un peu plus en discutant avec son avocat », a dit Maciocia.

« J’adore les Alouettes, Montréal et tous les gens de la ville. C’est une excellente organisation et elle m’a toujours soutenu depuis que je suis arrivé à Montréal, et encore plus au cours de cette épreuve. J’ai joué dans de grandes ligues [NFL et NCAA], mais la saison que j’ai passée avec les Alouettes a été l’une des plus belles expériences de ma vie », a dit Bray.

« Khari [Jones], Danny [Maciocia], le président du club [Mario Cecchini] et même le nouveau propriétaire [Gary Stern] sont tous restés derrière moi, et j’en suis immensément reconnaissant. C’est une belle sensation de savoir que votre équipe vous soutient de cette façon. Il y a toujours des obstacles au cours d’une vie et il faut savoir apprendre de ses erreurs.

« On prend de meilleures décisions et on fait de meilleurs choix avec l’expérience et l’intelligence que l’on acquiert. »

Muamba avec les Argonauts

La nouvelle n’aura surpris personne, mais c’est maintenant officiel : Henoc Muamba poursuivra sa carrière avec les Argonauts de Toronto. Le secondeur a accepté un contrat d’un an, lui qui habite dans la région de Toronto.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Henoc Muamba (10)

« Je suis content que Henoc se soit trouvé une place pour jouer en 2021. Compte tenu de notre budget, qui est plus limité cette année, on ne pouvait pas se permettre d’attendre trop longtemps lors de l’ouverture du marché des joueurs autonomes. On devait améliorer notre ligne défensive et on a eu l’occasion d’embaucher des joueurs comme Chris Ackie et Patrick Levels », a expliqué Maciocia.

En plus des secondeurs Ackie et Levels, les Alouettes ont notamment conclu des ententes avec plusieurs joueurs de ligne défensive, dont Almondo Sewell, Nick Usher et Woody Baron.

Le groupe de receveurs est également particulièrement bien nanti avec Bray, Eugene Lewis, Jake Wieneke, B. J. Cunningham, Roosevelt Naaman, Dante Absher et le nouveau venu Eli Rogers, qui a connu quelques bonnes saisons avec les Steelers de Pittsburgh.

« On est très heureux de l’équipe qu’on a assemblée et tout le monde dans notre organisation a contribué afin qu’on puisse le faire. Notre front défensif sera transformé par rapport à ce qu’il était en 2019, je pense qu’il sera beaucoup plus dynamique », a analysé Maciocia.

« Avec la qualité de notre groupe de receveurs, on aura des décisions difficiles à prendre au camp, et c’est toujours ce que l’on souhaite. Que la compétition à l’intérieur de l’équipe soit le plus relevée possible. »

Pour le moment, Maciocia a toujours bon espoir que le camp des Alouettes s’amorcera comme prévu. « Je travaille comme si le camp allait commencer le 10 mai, et c’est la même chose pour toute notre équipe. On investit toute notre énergie et nos efforts comme si c’est ce qui allait se passer. »