(Los Angeles) Aaron Donald n’est pas enchanté par la possibilité de jouer des matchs à huis clos.

Greg Beacham
Associated Press

Le joueur de ligne défensive vedette des Rams de Los Angeles n’aime pas l’idée de jouer une saison de la NFL devant des sièges vides, affirmant que ce ne serait « pas amusant pour moi ».

Nous avons besoin des partisans pour jouer. Je ne vois pas comment on peut jouer une rencontre sans spectateurs. Je trouve que ça enlève le plaisir de jouer.

Aaron Donald, lors d’une vidéoconférence, jeudi.

PHOTO ROBERT HANASHIRO, USA TODAY SPORTS

Aaron Donald (99) à la poursuite du quart Jimmy Garoppolo (10 ) le 13 octobre 2019 lors d’un match entre les Rams de Los Angeles et les 49ers de San Francisco.

Donald est conscient que son opinion n’aura pas beaucoup de poids si la pandémie oblige la NFL à utiliser des moyens extraordinaires afin d’offrir un produit télévisuel à la planète. Mais ce joueur six fois sélectionné pour le Pro Bowl ne voit pas l’intérêt de jouer au football si les grands rassemblements sont interdits.

La réalité pandémique frappe les clubs de la NFL de plein fouet ces jours-ci, alors que leurs complexes d’entraînement n’ont pu rouvrir. Ce n’est toutefois rien de nouveau pour Donald, qui ne s’est pas rapporté deux saisons d’affilée, ce qui a mené à son immense contrat de six ans et 135 millions, signé en août 2018.

Un centre d’entraînement qui porte son nom

Donald s’entraîne habituellement à l’Université Pitt, où le Centre de performances de football Aaron-Donald lui est généralement accessible, pour des raisons évidentes.

PHOTO D’ARCHIVES JASON GETZ, USA TODAY SPORTS

Aaron Donald après une victoire en 2019.

Mais l’université est aussi fermée en raison de la pandémie de COVID-19, l’obligeant à retrouver le sous-sol de son père pour s’entraîner. Il soulève des poids trois fois semaine en compagnie de son neveu, un joueur de ligne universitaire du niveau secondaire.

Il a aussi profité de la pause pour compléter son baccalauréat en communications.

C’était une promesse faite à mes parents. Quand je me suis fait repêcher, je leur ai promis que je terminerais mon diplôme, parce que c’est ce qu’ils voulaient.

Aaron Donald.

« Ça a pris du temps, a dit celui qui s’est joint à la NFL en 2014, mais c’est fait. Ils étaient fiers de moi. Je suis très content et soulagé que ce soit terminé. »