(Indianapolis) Darius Leonard travaille sans relâche chez lui à la campagne en Caroline du Sud où il se prépare pour la nouvelle saison de football. Il fait attention de ne pas trop pousser la machine, sachant qu’une blessure mineure pourrait se transformer en recul majeur compte tenu de la pénurie d’experts médicaux dans sa région.

Michael Marot
Associated Press

Ainsi, dès qu’il a un doute, le joueur vedette des Colts d’Indianapolis consulte ses entraîneurs, qui créent des programmes d’entraînement individuel plus sécuritaires et efficaces, à partir de données recueillies au cours des dernières semaines.

Tout ça fait partie d’une Ligue nationale de football en évolution : les appareils de haute technologie qui supplantent la bonne vieille créativité.

« Nous faisons une tonne de choses », a déclaré l’entraîneur-chef des Colts, Frank Reich.

« Avec la technologie aujourd’hui, ils ont tous des moniteurs de fréquence cardiaque. Ainsi, ils exécutent leur entraînement, tout est enregistré et ça s’insère dans notre système. On n’est pas dans le ’Hey, je te surveille’. On est dans le ’Hey, je m’intéresse à toi’. »

PHOTO D’ARCHIVES KIRBY LEE, USA TODAY SPORTS

L’entraîneur des Colts d’Indianapolis dit être un gars de chiffres. Il aime les technologies de monitorage des signes vitaux à distance.

« Je suis un gars de chiffres alors j’aime voir ces tableaux. Après, je vais les montrer à l’équipe. »

Les équipes peuvent dispenser l’équivalent d’enseignement en classe et d’activités sur le terrain grâce à Zoom ou à des applications du genre, plutôt qu’à leurs complexes d’entraînement. Les équipes et les joueurs peuvent tenir des réunions virtuelles pendant quatre heures par jour, quatre jours par semaine.

Moniteurs électroniques

Les joueurs peuvent aussi, à leur discrétion, porter des moniteurs qui leur permettent d’effectuer un suivi de leurs entraînements. Les équipes peuvent envoyer jusqu’à 1500 $ par joueur pour qu’ils se procurent de l’équipement de mise en forme.

Ce ne sont pas toutes les équipes qui opèrent de la même manière. Les Saints de La Nouvelle-Orléans ont annulé leur programme hors-saison. Mais les Colts profitent du temps qui leur est alloué. Reich estime que les Colts passent la moitié du temps en réunion et le reste à superviser les entraînements.

Les avancées technologiques permettent à tout le monde de faire face à la pandémie de la COVID-19.

« Je comprends beaucoup plus de choses au sujet de la NFL qu’il y a dix ans », reconnaît Andy Dalton, le nouveau quart réserviste des Cowboys de Dallas, en comparant les difficultés qu’il a affrontées pendant le lockout de 2011 aux circonstances d’aujourd’hui.

PHOTO GARY LANDERS, AP

Le quart Andy Dalton, qui vient de signer un contrat avec les Cowboys de Dallas, apprécie les nouvelles technologies permettant de garder le contact avec sa nouvelle équipe. On le voit ci-haut le 29 décembre 2019 alors qu’il faisait partie des Bengals de Cincinnati.

« Je suppose que l’avantage, aujourd’hui, c’est qu’il y a ces réunions virtuelles et il vous est donc possible de connecter et de discuter en long et en large de l’attaque et de différents aspects, ce que je n’avais pas lors de ma saison recrue pendant le lock-out. »