(New York) Le nouveau quart des Buccaneers de Tampa Bay, Tom Brady, a reconnu mercredi avoir été victime de commotions cérébrales au cours de ses 20 saisons en NFL avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Mais cela ne l’empêchera pas de courir après un septième Super Bowl.

Agence France-Presse

« J’ai certainement eu des commotions cérébrales, oui », a admis le quarterback de 42 ans dans l’émission « The Howard Stern Show », diffusée sur la radio Sirius XM.

« Je pourrais m’asseoir et m’arrêter de jouer au football américain, m’inquiéter de ce qui va se passer, de ceci ou de cela, au lieu de me dire : “pourquoi ne vis-je pas ma vie comme je le souhaite ?” », a-t-il développé.

« Pour moi, il s’agit de faire ce que j’aime faire. Vous ne dites pas à un chanteur d’arrêter de chanter à 42 ans. Vous ne dites pas à un grand peintre d’arrêter de peindre à 42 ans », a-t-il argué, en dressant un parallèle avec deux activités qui ne provoquent a priori pas de graves blessures crâniennes ou cérébrales.   

Si vous voulez arrêter, arrêtez, faites-le. Mais moi, je sens que je peux encore jouer. Je ne devrais simplement pas m’arrêter de jouer parce que c’est ce que tout le monde me dit de faire.

Tom Brady

Brady vient de signer un contrat de deux ans avec les Buccaneers.

La NFL a instauré ces dernières saisons des règles visant à protéger les joueurs face au risque des commotions cérébrales après des chocs.

Si Brady ne s’est officiellement jamais vu diagnostiquer de commotions cérébrales par les services de santé de la Ligue, son épouse, le mannequin Gisele Bundchen, avait affirmé en mai 2017 qu’il en avait souffert.  

Dans son interview avec Howard Stern, Brady a confié qu'avant même le camp d'entraînement 2019, il était quasiment certain de disputer sa dernière saison avec les Patriots. « Je savais que notre aventure (commune) touchait à sa fin », après vingt saisons avec les Pats couronnées de six titres en neuf finales au Super Bowl.  

« Le temps était venu, c'est tout », a déclaré Brady, assurant qu’il n’avait aucun ressentiment envers l’entraîneur des Patriots, Bill Belichick, qui ne l’a pas conservé dans l’équipe. « Je pense qu’il est très loyal. Il y a eu tellement de fausses hypothèses sur notre relation. Moi, je sais vraiment ce qu’il pense de moi. »