(New York) Le comité exécutif de l’Association des joueurs de la NFL (NFLPA) a recommandé à six contre cinq à ses membres de rejeter les termes de la convention collective approuvée par les propriétaires de la NFL la veille.

Barry Wilner
Associated Press

La proposition mise de l’avant par les propriétaires suggère l’ajout d’une 17e rencontre, une réduction du calendrier préparatoire, une augmentation du nombre de joueurs au sein des formations, ainsi qu’une diminution du nombre de rencontres internationales.

Si la NFLPA n’approuve pas ces termes, la convention collective actuelle, qui vient à échéance en mars 2021, demeurerait en vigueur et d’autres pourparlers devront avoir lieu.

Or, les représentants des joueurs ont décidé vendredi de ne pas tenir de vote. Ils veulent plutôt discuter davantage avec la ligue, la semaine prochaine.

« Nos leaders tournent le regard vers de nouvelles discussions avec les dirigeants de la NFL la semaine prochaine, après quoi il y aura un vote, peu après », ont fait savoir les joueurs, par communiqué.

Le comité exécutif de la NFLPA inclut le président Eric Winston, l’ancien secondeur des Giants Mark Herzlich, l’ancien secondeur des Bills Lorenzo Alexander ; le spécialiste des longues remises des Giants, Zak DeOssie ; le demi de coin des 49ers, Richard Sherman ; l’ailier rapproché des Patriots, Benjamin Watson ; le botteur de précision des Colts, Adam Vinatieri ; le plaqueur des Chargers, Russell Okung ; le botteur de dégagement des Saints, Thomas Morstead ; le secondeur des Buccaneers, Sam Acho, et le demi de sûreté des Giants, Mike Thomas.

Plusieurs sources au fait des négociations ont indiqué que les éléments clés de cette proposition sont l’augmentation du salaire minimum, des changements aux formations d’entraînement, ainsi que des engagements obligatoires réduits pendant la saison morte ou le camp d’entraînement.

Ces sources ont requis l’anonymat puisque cette proposition, qui serait en vigueur jusqu’en 2030, n’a pas été rendue publique.

La prolongation de la saison serait le principal point d’achoppement pour les joueurs.

Une augmentation du nombre d’équipes participant aux matchs éliminatoires à sept par association où seules les favorites de chaque association recevraient un laissez-passer peut être mise en application par la ligue sans négociation, pour autant que le format éliminatoire ne dépasse pas quatre semaines. Plusieurs propriétaires sont toutefois en faveur d’ajouter cette septième équipe sans égard au statut de la convention collective.

L’une des rencontres du week-end des équipes repêchées pourrait ainsi devenir un match du lundi soir.

Le calendrier à 17 rencontres est d’ailleurs un compromis pour plusieurs propriétaires qui souhaitaient avoir 18 matchs à l’affiche. Le 17e match des équipes serait disputé dans un site neutre.

Une personne au courant des négociations a mentionné qu’il pourrait s’agir de stades aux États-Unis dans des villes où la NFL n’a pas d’équipe. Ce match pourrait aussi être joué en Europe, au Mexique ou au Brésil. La ligue a toutefois promis de limiter le nombre de matchs internationaux et qu’il n’y aurait pas une semaine complète de rencontres de ce type.

Le calendrier préparatoire passerait de quatre rencontres à trois. Les entraînements en équipement pendant le camp passeraient de 28 à 16 et cinq jours d’acclimatation seraient prévus avant les entraînements estivaux.

La convention collective actuelle a été signée en 2011, après un lock-out des joueurs de quatre mois et demi. L’un des principaux points en litige était le rôle disciplinaire du commissaire Roger Goodell. Si la proposition actuelle est acceptée par les joueurs, des audiences devant un arbitre neutre, nommé conjointement par les deux parties, déciderait si les gestes d’un joueur à l’extérieur du terrain contreviennent aux règles de la NFL. Un joueur pourrait porter cette décision en appel. Goodell rendrait l’ultime décision.

D’autres changements, notamment une bonification du régime de retraite, sont inscrits dans cette proposition.