Les Ravens de Baltimore forment l’une des bonnes équipes de la NFL. On a toutefois pu constater, lundi soir, qu’ils n’étaient pas encore du même calibre que les Chiefs de Kansas City.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

On peut essentiellement dire la même chose à propos de Lamar Jackson et de Patrick Mahomes, les deux derniers joueurs par excellence du circuit. Mahomes a été la grande étoile de la victoire de 34-20 des Chiefs, tandis que Jackson a connu un autre match difficile alors qu’il jouait sous les réflecteurs.

Jackson ne manque pas de confiance en lui et parle beaucoup. Il fera ceci, il fera cela… Ce qu’il devra faire s’il veut être considéré comme l’égal de Mahomes ou de Russell Wilson, c’est de gagner un « gros » match.

Le quart des Ravens a une fiche de 21-4 en saison depuis qu’il est le partant de l’équipe, mais de 0-3 contre les Chiefs. Jackson a également perdu ses deux premiers matchs éliminatoires, doit-on le rappeler.

Lundi soir, Jackson avait 35 verges de gains après la première demie et a terminé la rencontre avec seulement 97. Il a également échappé et perdu le ballon une fois et a été très chanceux d’éviter deux interceptions. Une soirée à oublier au plus vite.

PHOTO NICK WASS, AP

Lamar Jackson (8)

De l’autre côté, Mahomes, lui, a été en parfait contrôle de la situation durant tout le match. Il a marqué le premier majeur de la soirée avec une trotte de trois verges, puis a lancé quatre passes de touché à quatre joueurs différents, dont une au joueur de ligne offensive Eric Fisher. Mahomes a également rejoint le centre-arrière Anthony Sherman dans la zone des buts avec une passe lancée par en dessous…

La super étoile des Chiefs a complété 31 de ses 42 passes pour 385 verges et est par le fait même devenu le quart-arrière à atteindre le plateau des 10 000 verges le plus rapidement. Il l’a fait à son 34e match en carrière, alors que Kurt Warner avait réussi l’exploit en 36 parties. Les records n’ont pas fini de tomber.

Une arme de plus

La défense des Ravens a offert une performance très décevante. Elle a été incapable de déranger Mahomes derrière sa ligne, terminant la rencontre avec aucun sac. Pourtant l’une des plus talentueuses de la ligue, la tertiaire a été battue de vitesse à plusieurs reprises.

À un certain moment au deuxième quart, on pouvait même avoir l’impression que Mahomes et les Chiefs s'entraînaient contre une bande de réservistes tant ils faisaient ce qu’ils voulaient sur le terrain. Il était étrange de voir la défense des Ravens se faire dominer de la sorte.

L’attaque des Chiefs est encore plus dangereuse qu’elle l’était en 2019 grâce à l’ajout de Clyde Edwards-Helaire. S’il conserve le rythme, le demi sera fort probablement l’un des principaux candidats au titre de recrue par excellence en attaque.

La présence d’Edwards-Helaire a notamment servi à garder la défense des Ravens honnête. Il a d’ailleurs capté cinq passes pour des gains de 70 verges, en plus de sa récolte de 64 en 20 courses.

Tyreek Hill, Travis Kelce, Sammy Watkins et Mecole Hardman ont tous contribué à des jeux importants, eux aussi, et la ligne offensive a été très solide après un match plus difficile contre les Chargers à Los Angeles.

La défense des Chiefs a presque été aussi bonne que l’attaque. Voilà un groupe qui ne mérite plus d’être perçu comme étant vulnérable. Le coordonnateur Steve Spagnuolo a construit une unité fort respectable, qui continue de s’améliorer grâce à la progression de joueurs dont on parle trop peu comme Damien Wilson, Juan Thornhill et Tedric Thompson. Le meilleur élément de la défense demeure toutefois Chris Jones, qui a réussi deux sacs et forcé l’échappé de Jackson lundi soir.

L’équipe à battre

Jackson, la ligne offensive et la défense des Ravens ont tous connu un mauvais match face aux Chiefs. C’est toutefois du côté des entraîneurs qu’il faut d’abord regarder pour expliquer cette contre-performance.

L’entraîneur-chef Andy Reid, le coordonnateur offensif Eric Bieniemy et Spagnuolo ont mis John Harbaugh et ses adjoints dans leur petite poche arrière. Plus créatifs, un meilleur plan de match et une équipe mieux préparée.

Tout ce que Reid tente semble fonctionner à merveille depuis un an ou deux. Vous me direz que c’est plus facile lorsqu’on a la chance d’avoir un quart comme Mahomes, et vous aurez parfaitement raison. N’empêche, Reid est actuellement au sommet de son art après des décennies dans la NFL.

Les Chiefs viennent de rappeler à tout le monde qu’ils demeuraient l’équipe à battre dans la NFL. Si ce n’était pas déjà clair, on présume que ça l’est ce matin.

Pour les Ravens, la leçon de football qu’ils viennent de recevoir devrait servir à les fouetter. Jackson et le jeu aérien devront être plus constants et la défense devra réussir plus de jeux opportuns. Car à la lumière de ce qu’on a vu lundi soir, ils ne sont pas encore prêts à chauffer les Chiefs. Pas du tout.