Normalement, le repêchage de la LCF est en quelque sorte le coup d’envoi de sa nouvelle saison. Ce ne sera pas le cas cette année.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

La séance de repêchage du football canadien aura lieu, jeudi, mais personne ne sait à quel moment les camps d’entraînement s’ouvriront ou s’ils s’ouvriront. Alors que leur nouvelle saison devait commencer dans un peu plus d’un mois, les Alouettes et la LCF nagent toujours dans l’incertitude en raison de la pandémie de la COVID-19.

« Je pense qu’on trouve tous ça difficile. Je prévoyais être au camp des recrues, puis au camp régulier à partir du 17 mai, mais ça fait partie de notre réalité », a commenté Danny Maciocia, qui a répondu aux questions des journalistes lors d’une vidéoconférence, lundi après-midi.

On a tous hâte d’embarquer sur le terrain, mais pas à n’importe laquelle condition. Il faut écouter les experts qui sont en place et qui nous dirigent pour faire les choses de la bonne façon. Mais c’est sûr qu’on aimerait être sur le terrain, de pratiquer, et de jouer des matchs devant nos partisans.

Danny Maciocia, directeur général des Alouettes de Montréal.

Comme l’avait fait son entraîneur-chef, Khari Jones, vendredi dernier, Maciocia s’est montré optimiste, lui qui garde bon espoir qu’il y ait une saison en 2020.

Une saison écourtée ? Si saison il y a

« Absolument, j’y crois encore et fortement, aussi. Je l’espère, sinon on va tous trouver ça très long. Mais j’y crois encore et c’est pour cette raison qu’on est en train d’investir autant d’heures que ce soit pour le repêchage ou pour identifier des joueurs de talent au sud de la frontière. »

Si le directeur général est optimiste qu’il y ait une campagne cet été, il admet qu’elle risque d’être d’un format différent. Une saison écourtée semble de plus en plus probable, si saison il y a.

« Je souhaite simplement qu’il y en ait une, qu’elle soit de 8, 10, 12 ou 14 matchs. Je ne sais pas quel sera le format, mais je souhaite qu’on puisse jouer en 2020 », a dit Maciocia.