Le titre de meilleur ailier rapproché de la NFL est vacant depuis que Rob Gronkowski, dit le «Gronk», a pris sa retraite l’année dernière. De l’avis d’une majorité de gens, il n’y a toutefois que deux candidats possibles pour occuper le trône : Travis Kelce et George Kittle, qui participeront tous deux au Super Bowl, dimanche soir à Miami.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Non seulement Kelce et Kittle sont-ils considérés comme les deux meilleurs joueurs du football américain à leur position, ils sont très similaires. Sur le terrain, où ils excellent en tant que receveur et bloqueur, et à l’extérieur de celui-ci. Ils sont des leaders émotifs et la bougie d’allumage de leur équipe respective.

« Il y a plusieurs similitudes en effet, à commencer par leurs personnalités flamboyantes. George est un chic type et un très bon joueur. Puis Travis est le meilleur ailier rapproché de la ligue à mon avis », a estimé Andy Reid, le pilote des Chiefs de Kansas City, qui dirige Kelce depuis sept ans.

Âgé de 30 ans, Kelce connaît d’excellentes éliminatoires avec 13 attrapés pour 164 verges et 3 touchés en deux matchs. Kittle est plus discret avec 4 attrapés pour 35 verges et aucun touché dans les deux victoires des 49ers de San Francisco, mais a brillé au niveau du jeu au sol par la qualité de ses blocs.

PHOTO KIRBY LEE, USA TODAY SPORTS

George Kittle

« Le jeu au sol est une question d’angles et Kyle Shanahan (l’entraîneur-chef des 49ers) nous place toujours dans des positions optimales pour connaître du succès », a expliqué Kittle, humblement.

Kittle était d’abord reconnu pour ses qualités de bloqueur à l’Université de l’Iowa. Il y avait manifestement des doutes quant à son jeu comme receveur puisqu’il n’a été repêché qu’au cinquième tour et au 146e rang au total par les 49ers en 2017. C’est tout de même très difficile à expliquer qu’il ait été sélectionné aussi tard.

« Je ne suis pas un dépisteur alors je ne sais pas quoi vous répondre à ce sujet. Je n’ai pas attrapé beaucoup de passes à l’université et j’ai souvent été blessé, ce qui n’a sûrement pas aidé ma cause. »

Le record de la NFL

Kittle a rapidement et souvent prouvé qu’il pouvait attraper le ballon dans la NFL. À sa deuxième saison, il a établi une marque de la ligue chez les ailiers rapprochés avec 1377 verges de gains. Curieusement, Kelce a détenu le record pour environ une heure avant que Kittle ne le dépasse.

PHOTO CARY EDMONDSON, USA TODAY SPORTS

George Kittle (85) attrape une passe de touché contre les Rams de Los Angeles

Les deux joueurs ont eu de très bons mots l’un pour l’autre au cours des derniers jours à Miami.

« Il y a une raison pourquoi il (Kittle) a été nommé sur l’équipe All-Pro lors des deux dernières saisons. La ténacité et l’énergie avec laquelle il joue sont remarquables, autant lorsqu’il bloque que dans le jeu aérien. Et il est une bête lorsqu’il a le ballon dans ses mains », a dit Kelce au sujet de Kittle.

En effet. Le jeu marquant de la saison dans la NFL a probablement été l’un de ceux de Kittle contre les Saints de La Nouvelle-Orléans. Après avoir réussi un court attrapé en situation de 4e essai et 2 verges à franchir, Kittle a résisté à plusieurs plaqués pour un gain de 39 verges. Les Niners l’ont finalement emporté, une victoire qui leur a valu l’avantage du terrain du côté de la Nationale dans les éliminatoires.

L’admiration est réciproque.

PHOTO KIRBY LEE, USA TODAY SPORTS

George Kittle (85), des 49ers et Travis Kelce (87), des Chiefs

« Je le regardais jouer souvent lorsque j’étais à l’université. De recevoir un compliment de sa part, c’est spécial », a dit Kittle.

« Travis est la plus grande menace de la ligue près de la zone des buts. Il joue avec tellement de passion et il s’amuse toujours sur le terrain. Je pense qu’il a démontré jusqu’à quel point un ailier rapproché peut être important. »

Un ami de LDT

Arrivé chez les Chiefs en 2013, Kelce s’est vite lié d’amitié avec Laurent Duvernay-Tardif lorsque ce dernier a été repêché par l’équipe l’année suivante. Le Québécois a beaucoup d’estime pour son coéquipier.

PHOTO KIRBY LEE, USA TODAY SPORTS

Laurent Duvernay-Tardif

« Le Travis que vous voyez devant les caméras, c’est le Travis qu’on côtoie au quotidien. C’est un grand leader dans notre vestiaire, mais c’est surtout un gars qui vous accepte dans son cercle d’amis. Et lorsqu’on fait partie de son groupe, on ne peut pas vraiment aller le reconduire sans rester chez lui et avoir du plaisir. »

Duvernay-Tardif a également raconté que Kelce n’hésitait jamais à donner de son temps même s’il est l’un des joueurs des Chiefs qui est le plus sollicité.

« J’ai eu la chance d’amener des fans de la fondation Make a Wish à Kansas City en octobre dernier pour voir un match et ainsi réaliser leur rêve. Et la première chose qu’il a fait c’est de venir porter des gants et des chandails qu’il avait déjà autographiés et de parler avec les jeunes. »

« Je lui avais simplement demandé de venir s’il avait quelques minutes. C’est un gars qui prend le temps et qui est très généreux. Même si l’attention médiatique est toujours sur lui, il trouve toujours le temps pour les jeunes. »

Beau duel en perspective

Outre les quarts-arrières Patrick Mahomes et Jimmy Garoppolo, Kelce et Kittle pourraient être les deux joueurs offensifs les plus importants lors du Super Bowl, dimanche soir. Les deux meilleurs ailiers rapprochés de la NFL voudront sûrement également prouver lequel d’entre eux mérite d’être considéré comme le digne successeur du Gronk.

Selon Duvernay-Tardif, ça pourrait suffire à donner un tantinet de motivation supplémentaire à Kelce.

« C’est dans ce genre de situations que Travis performe bien. C’est un joueur de football dans l’âme, qui veut bien performer dans les situations stressantes. Et jusqu’à maintenant, il l’a toujours bien fait. »